Archive pour la Catégorie 'Manifs-meetings'

Page 5 sur 5

Intervention de Michel Jallamion à la réunion publique sur le logement dans le 12ème arrondissement

Michel Jallamion Intervention du jeudi 20 mars 2014 au rassemblement dans 12ème contre la vente à la découpe à l’initiative des forces du FdG des listes de la gauche rassemblée.

Merci au PCF du XII et de Paris, à Igor, Rapha, Didier, Nicolas… et aux habitants de leur accueil !

Le PCF, Gauche Unitaire, République et socialisme et le Parti Socialiste parisien sont fermement opposés aux ventes à la découpe. Deux raisons principales à notre volonté de s’opposer à de telles pratiques :

1. En achetant en bloc et en vendant les appartements, les ventes à la découpe contribuent à la flambée des prix de l’immobilier. Paris n’a pas besoin de cela. Le XIIème n’a pas besoin de cela, la France n’a pas besoin de cela. Nous ne sommes pas, comme le disent nos affiches, pour que Paris appartienne aux spéculateurs. Nous ne faisons pas partie de ceux qui rêvent de transformer Paris en pâle copie de la City Londonienne . Nous laissons ce fantasme à la droite divisée. Ce type de spéculation concerne près de 10% des ventes nationales. Lyon, Lille, Strasbourg, Marseille, Nice, Dijon, Toulouse, Bordeaux…ne sont pas épargnées. Moins à Paris du fait de l’opposition à cette pratique de la majorité municipale de la gauche rassemblée… et des mobilisations des élus de nos formations pour alerter les médias. C’est une des raisons, pas la seule, mais une des raisons pour lesquels les citoyens du 12ème doivent voter dès le premier tour pour la gauche rassemblée.

2. malgré un système de décôte et des aménagements légaux notamment par la loi du 13 juin 2006, Les appartements, souvent occupés, sont revendus, à des prix prohibitifs : deux-tiers des locataires sont ainsi mis sur la touche. Ces locataires ce sont des hommes et des femmes qui sont ainsi mis devant le fait accompli de devoir quitter leur lieu de vie, leurs amis, changer leur enfant d’école, de quartier. Il est inadmissible que des banques comme BNP Paribas achète un immeuble en bloc puis le revende moins d’un an après au détriment des citoyens alors que c’est avec nos impôts qu’elles ont été sauvées. Il n’est pas admissible pour nous qu’au XXIème aucune loi n’empêche cela.

Il est temps pour République et Socialisme comme le réclame le DAL et la convergence nationale de défense et de développement des services publics de constituer nationalement un véritable service public du logement. Je sais que nos parlementaires y travaillent à commencer bien sûr par Pierre Laurent. La spéculation, notre ville fait tout pour s’y opposer.

Notre majorité fait tout pour privilégier l’Humain. C’est pour cela que la gauche est unie. C’est notre politique municipale qui a permis que les bailleurs sociaux acquièrent dans ce cadre plus de 13 000 logements sur le territoire parisien depuis 2001 en vue de leur transformation en logement social et du maintien des locataires en place. Le 12ème mène une politique exemplaire avec plus d’une douzaine d’adresse où des logements ont été préemptés et des locataires maintenus en place. Chaque fois cela a été possible parce que des locataires se mobilisaient avec leurs élus. Ces ventes, pratiquée par des marchands de biens ou des intermédiaires doivent cessés.

Il serait grand temps que le gouvernement s’inspirât de la politique parisienne, pour tourner le dos à l’austérité et à la spéculation. Car cette spéculation se fait sur le dos de femmes, d’hommes et de leurs enfants.

Afin de mettre l’Humain d’abord il faut aller voter demain pour les listes de la gauche rassemblée dès le premier tour et dans le 12ème voter pour la liste conduite par Catherine Baratti et Nicolas Bonnet.

Un beau meeting dans le 20ème en présence de Pierre Laurent

5mars-35mars-25mars-95mars-85mars-65mars-PL5mars-AH5mars-FC

Communiqué de R&S75 suite à l’agression de militants dans le 20ème

logo-membre RS75

Paris, le 5 mars 2014

Communiqué

Au nom de République-et-Socialisme-Paris et en notre nom propre, nous adressons à nos camarades socialistes et colistiers qui ont été agressés cette nuit dans le 20ème arrondissement, l’expression de notre solidarité fraternelle.

A Martin, Epara, David et Jean-Michel, victimes d’imbéciles racistes, nous adressons nos sincères saluts amicaux. Nous savons que ce ne sont pas ces méthodes qui rappellent des périodes sombres de notre histoire, qui arriveront à remettre en cause notre engagement militant commun.

Prompt rétablissement et à très bientôt !

Marinette BACHE, Chef de file pour PARIS de R&S et Michel JALLAMION, Animateur de R&S75

 

 

1er meeting dans le 20ème le mardi 4 février

 

meeting-040214

RS75 à la manifestation du 1er décembre 2013

1erdécembre 2013-Journiac3

Intervention de Marianne JOURNIAC

pour République et Socialisme

lors de la manifestation du 1er décembre 2013

C’est la crise !

On nous le répète sur tous les tons !

Il faut faire des efforts ! Accepter que l’on sabre nos retraites ! Que l’on détruise nos services publics et qu’on les vende au plus offrant !

Que l’on brade notre patrimoine national !

Que l’on augmente la TVA, la TVA qui est l’impôt le plus injuste, le seul qui taxe plus les pauvres que les riches !

Des efforts ! Le peuple en fait et en a toujours fait ! C’est nous qui avons fait la Révolution, c’est nous qui avons obligé le Front populaire à donner les congés payés ! C’est nous qui avons toujours versé notre sang pour la France comme en 14 comme en 45 ! C’est nous, les syndicalistes et le peuple, qui avons tout construit, des rails du métro à la Sécurité sociale ! C’est avec le sang et les larmes de nos aînés que l’on a bâti ce pays !

Les efforts on connaît ! Les sacrifices on connaît !

Mais la crise, elle, n’est pas pour tout le monde ! La crise, elle est là pour les ouvriers qui voient partir leurs usines ! Elle est là pour les fonctionnaires qui se voient contraints de privilégier l’argent au service qu’ils doivent rendre. Elle est là pour les employés, les cadres, qui n’ont le choix qu’entre prendre le risque du burnout ou être licenciés. Elle est là pour les chômeurs, qui se voient contraints d’accepter des CDD de 3 mois ou de bosser au black. Elle est là pour les femmes, qui sont contraintes au temps partiel et aux petits salaires.

La crise, nous, on la paye, on la paye chaque jour.

Mais il y en a qui ne la paient pas.

Les 500 plus riches ont vu cette année leurs revenus augmenter de 25 %.

En un an les dividendes d’EADS ont augmenté de 115 % : vive a guerre, vive la crise ! … Et ceux de Carrefour de plus de 53 % alors qu’on a du mal à faire nos courses ! Et celles d’EDF de plus de 88 % alors qu’on augmente le prix de notre facture d’électricité de 5 % cet été et que l’on veut nous l’augmenter de 2,3 % cet hiver ! Ceux de Renault de plus de 53 % : merci pour les salariés qu’on licencie, merci pour Sandouville, Flins et Douai ! Merci pour les 7 500 postes supprimés ! Merci pour nos milliards que vous avez pris pour renouer avec vos bénéfices et pour nos amis salariés que vous avez licenciés !

Merci aussi aux banques que nous avons sauvées pour qu’elles puissent continuer à spéculer ! En un an, les actionnaires de BNP Paribas et de St Gobain ont gagné 30 % ! Ceux de la Société générale 55 % ! Ceux du Crédit agricole 56 % !

Ces revenus mirobolants, à quoi participent-ils ? A investir aux îles Caïman ! A faire la fortune de banquiers suisses ! A pressuriser un peu plus les salaires des Indiens et des Chinois pour que les spéculateurs puissent amasser des fortunes grâce au dumping social ! Ils font la misère ici grâce à la misère qu’ils font là-bas !

Ces fortunes il faut les taxer ! Elles doivent participer à l’effort national parce que c’est juste et parce que c’est grâce à l’effort national qu’elles se sont constituées !

Mais ils ne le veulent pas. Ils ne le veulent jamais. Pire, notre gouvernement élu par la gauche l’accepte. Il nous taxe et à eux ne leur demande rien.

Nous ne pouvons compter que sur la mobilisation des salariés, des citoyens pour exiger que la République s’accomplisse. Il faut que chacun paie en fonction de ses moyens et reçoive en fonction de ses besoins. Pour ça il faut un impôt fortement progressif ! Pour ça il faut la participation de tous les patrimoines et revenus divers !

Pour ça il faut augmenter notre pouvoir d’achat c’est-à-dire augmenter nos salaires, nos retraites, nos bourses scolaires, nos services publics, notre droit à l’accès à la culture et aux loisirs et enrayer les spéculations immobilières et financières.

Pour ça il faut renforcer nos droits sociaux, à commencer par le Code du travail, des CDI, du statut des fonctionnaires, de notre Sécurité sociale.

C’est cela une politique de gauche. C’est cette seule politique qui peut permettre l’union de la gauche. Notre patrie est celle des droits de l’Homme, de Robespierre, de Jaurès. Ce n’est pas celle de Ricardo, de Bill Gates ou la France versus Sarkozy.

Chers camarades, ensemble revendiquons la taxation des privilégiés ! Ce n’est pas une fusion des impôts que nous exigeons, c’est une véritable révolution fiscale qui privilégie les revenus des salariés par rapport à ceux du capital.

Ce que nous exigeons, c’est tout simple : c’est la Sociale !

 

Présence de R&S75 au meeting du PCF parisien de lancement de la campagne municipale

DSC_0302 A l’invitation de Igor Zamichiei, sécrétaire de la Fédération de Paris du PCF, en présence de Pierre Laurent et de nombreux élus et chefs de file du PCF, Marinette Bache est intervenue au meeting qui s’est tenu jeudi 21 novembre au « Point Ephémère » dans le 10ème arrondissement de Paris.

Voici son intervention :

MEETING MUNICIPALES 2014 – PCF/FdG

Intervention de Marinette Bache

 Chers camarades,

Je vous salue fraternellement et vous adresse à tous, en particulier à Igor et à Ian, mes remerciements pour m’avoir invitée à m’exprimer devant vous à ce meeting de lancement de la campagne parisienne du Parti communiste français.

Entrons tout de suite dans le vif du sujet ! Avec mes amis du comité parisien de République & Socialisme, nous avons fait le choix de soutenir Anne Hidalgo dès le 1er tour de ces municipales.

C’est un choix, un vrai choix qui se posait à nous tous.

Paris n’est pas la France et la Mairie de Paris n’est pas le gouvernement. (Et d’ailleurs j’avoue que je m’en porte mieux ainsi !)

Bref, les questions que nous nous sommes posées, à République & Socialisme, ont une prétention locale :

-D’abord : avons-nous un bon bilan sur les 2 mandatures que nous avons effectuées ensemble en union de la gauche ?

-Ensuite : comment serons-nous le plus et le mieux utiles à nos concitoyens dans la prochaine mandature ?

Je le sais, vous le savez, ce débat a eu lieu dans chacune de nos formations. A République & Socialisme, nous l’avons tranché avant les congés d’été ; vous l’avez fait plus récemment. D’autres, au Front de Gauche, l’ont fait différemment de nous.

Nous voulions, vous, nous et d’autres formations travailler à une position commune de l’ensemble des formations parisiennes du Front de Gauche. Encore eut-il fallu s’essayer ensemble à l’élaboration d’un projet pour Paris. République & Socialisme avait, à cet effet, lancé un appel fin avril. Le PCF Paris avait proposé la mise en place d’ateliers thématiques. Rien n’y fit car l’un de nos partis avait déjà, en mars,  annoncé que, quelle que soit la décision des partenaires, il conduirait des listes en dehors de l’union… alors, cela n’a pas été possible.

Mais qu’importe si nous réussissons à faire que ces divergences d’analyses et de choix stratégiques se fassent dans le RESPECT MUTUEL.

Gardons-nous bien, au sein du FdG, de nous jeter des anathèmes au visage ! De nous vouer, les uns les autres, aux gémonies. Je désapprouve le harcèlement dont vous faites l’objet par internet suite à votre décision démocratique. Je condamne les insultes à l’égard de Pierre Laurent et je le salue fraternellement de savoir garder de la hauteur et de ne pas y répondre. L’attitude de Pierre est celle que nous devons tous essayer d’avoir car elle est nécessaire pour continuer à faire vivre l’espoir d’une alternative à gauche.

Nul membre du Front de gauche ne doit se tromper d’adversaire car le Front de gauche doit perdurer et perdurera, après les Municipales. Il n’est la propriété de personne.

D’aucun homme, d’aucune faction.

Il restera un outil essentiel pour un véritable changement de politique au service de notre peuple. Car les élections européennes suivront. C’est à ce moment qu’il faudra parler projet et aussi des moyens de ce projet : du rôle de L’Etat, de la souveraineté populaire,  des services publics et de leur développement, de nationalisations, de financement des retraites et de la protection sociale et de son égale répartition sur le territoire, de l’augmentation des salaires et du pouvoir d’achat, de la résistance face aux directives européennes, etc

Alors ! Alors, évitons d’abimer cet outil qu’est le Front de Gauche par des déclarations inconsidérées. En début octobre, nous l’avions dit dans un communiqué : République & Socialisme respecterait le choix de ses camarades communistes, quel qu’il soit. Il n’y aurait de notre part ni invectives, ni propos blessants… mais nous voudrions qu’il en soit de même de la part de tous. Et pour tous !

Maintenant, comprenez que nous nous réjouissions de votre décision, mes chers camarades ! Car la présence de militants communistes, de militants républicains-socialistes, de militants du Front de gauche dans la campagne et sur nos listes sont une garantie supplémentaire de l’orientation à gauche de la future majorité parisienne.

Revenons quelques instants sur les 2 questions locales que j’ai évoquées tout à l’heure.

Le bilan d’abord puisque j’entends, vous entendez, ici et là, que nous aurions mené, ensemble (je rappelle que jusqu’à ce budget pré-électoral, tous les budgets ont été votés à l’unanimité des élus de gauche, que des élus de toutes  les formations de gauche sont présents dans les exécutifs parisien et d’arrondissement) donc, je rappelle, que malgré ces faits certains disent que nous avons mené une politique « austéritaire ».

Cela, alors que ce que nous avons voté ensemble c’est : 2,2 milliards d’euros pour la politique sociale, 6 000 logements sociaux, (20% avec 6 ans d’avance sur la loi). C’est en une mandature, 32 équipements pour la jeunesse et les sports, 74 réalisations pour l’action sociale dont 13 crèches, 2 PMI, 10 établissements pour personnes âgées, 6 centres sociaux, 10 équipements culturels, 25 équipements d’enseignement dont 7 écoles maternelles, 8 écoles élémentaires, 6 écoles polyvalentes, 4 collèges, et 21 espaces verts publics, auxquels nous devons ajouter le Tramway, le réaménagement des Halles et les berges de Seine,…

Voici le résultat marqué d’une politique qualifiée « d’austéritaire » mais votée à l’unanimité des élus PS, PCF, Républicains-socialistes et PG !

Nous avons aussi instauré un tarif unique progressif sur l’ensemble du territoire parisien, dépendant du revenu des parents, pour les cantines, les conservatoires et les prestations de la Caisse des écoles.

Et je ne peux pas oublier la remunicipalisation de l’eau. Vous comme nous, menons ce combat depuis bien longtemps : nous l’avons gagné dans cette mandature !

Alors il nous arrive quand même d’avoir l’impression de ne pas avoir perdu notre temps, d’avoir travaillé pour l’ensemble des Parisiennes et des Parisiens à commencer par les plus fragiles ! Et oui, d’en retirer une certaine fierté !

Alors, allez-vous me dire, la vie est rose au Conseil de Paris ? La vie est un peu rose, mais elle n’est pas rouge !

Et, oui, bien sûr, nous ne sommes pas d’accord sur tout.

Nous voulons–et nous nous battons pour- des améliorations notamment au niveau de la gestion des effectifs municipaux ; nous voulons des postes en nombre suffisant pour les nouveaux équipements ; nous voulons des clauses véritablement sociales dans tous les appels d’offres ; nous voulons, au-delà de la remunicipalisation de l’eau, la réappropriation publique de certaines délégations (je pense à la propreté) ; nous voulons que Paris réclame toujours le milliard d’euros que lui doit l’Etat ; nous voulons un engagement plus ferme dans la défense du service public hospitalier parisien, même si nous faisons clairement la différence entre le vrai soutien d’Anne Hidalgo aux Urgences de l’Hôtel-Dieu par exemple et l’appui de Jean-Marie Le Guen à l’ancienne directrice générale de l’AP-HP !

Mais oui, c’est vrai. Ces différences existent : c’est pour cela que nous appartenons à des partis distincts ! Et comme nous voulions vraiment, comme nous voulions que ces points soient repris dans le programme d’Anne Hidalgo, c’est au 1er tour que cela se jouait.

Les composantes du FdG non favorables à cette option pourront peut-être fusionner au 2ème tour mais n’auront aucune influence sur les grandes lignes du contrat municipal proposé aux Parisiens, contrat que la majorité parisienne a toujours respecté. Nous avons, nous, un accord programmatique « Paris 2014/2020 : une ville pour toutes et tous ». Oui, nous allons nous battre et faire campagne pour qu’une véritable politique de gauche continue à être possible à Paris, grâce à cette union de 1er tour !

C’est cela, être utile à nos concitoyens : nous ne faisons pas de la politique seulement pour nous faire plaisir dans des rhétoriques tribuniciennes.

Dans un contexte économique et social difficile les Parisiens –surtout les plus modestes- souffrent. C’est une raison de plus pour que des élus issus du Front de gauche pèsent pour une politique de progrès. Déjà le Maire de Paris a annoncé un bouclier social. Déjà nous avons, ensemble, obtenu un taux de 30% de logements sociaux.

Demain nous agirons pour promouvoir les services publics, permettre aux familles de continuer à vivre à Paris, démocratiser la culture…

Et oui, nous refusons de décalquer les débats et les divergences profondes de la gauche nationale sur les enjeux parisiens.

Et oui, nous refusons de prendre le risque de voir Paris tomber dans les mains d’une droite revancharde, avec toutes les conséquences en matière d’investissements comme de budget social que cela entrainerait.

A Paris, notre adversaire c’est la droite, une des plus réactionnaires qui soit, qui cherche à faire triompher la politique du pire, qui refuse le moindre logement social dans ses arrondissements, qui souhaitent diminuer le nombre des personnels municipaux, qui souhaitent supprimer nos politiques en direction des plus démunis. C’est cela NKM, ce n’est pas une gentille petite bourgeoise bobo : c’est une ultra-libérale voulant que la finance règne en maître dans la capitale ! C’est elle notre seule, notre unique adversaire !

Nous avons, vous et nous, fait un bon compromis avec Anne Hidalgo pour poursuivre la construction d’une ville plus fraternelle, plus solidaire, où la fracture sociale et spatiale, héritée de la droite est combattue.

J’appelle bien sûr l’ensemble des électrices et des électeurs du Front de gauche à se retrouver dans la bataille des municipales car c’est ainsi que nous pèserons sur la politique de l’hôtel de Ville !

Alors mes camarades : soyons fiers de nous ! Soyons fiers du bilan et de la liste de l’union de la gauche au 1er tour à Paris ! Soyons fiers de contribuer ici et maintenant à une autre politique.

Vive nos listes d’union derrière Anne Hidalgo !

Vive République & Socialisme et vive le Parti Communiste Français !

Vive le Front de Gauche !

Pour un aperçu vidéo de ce meeting :

 

Aux côtés des défenseurs de l’Hôtel-Dieu

Aux côtés des défenseurs de l'Hôtel-Dieu dans Manifs-meetings logo-rs75-217x300   RS75 plus que jamais aux côtés des personnels de l’Hôtel-Dieu !

Rappelons combien cet hôpital et son service d’urgence sont essentiels à une politique de santé publique à Paris, combien il est à la fois  un hôpital à intérêt régional (desservi par le RER Chatelet), un hôpital à vocation parisienne (le nombre, par exemple de touristes qui y sont accueillis est considérable), un hôpital essentiel en cas de grosse urgence (attentat, épidémie, urgence sanitaire…), un hôpital d’excellence (voir par exemple, l’ophtalmologie) mais aussi, c’est souvent oublié, un hôpital de proximité (les groupes privés investis dans la santé n’attendent que sa fermeture pour ouvrir leurs cliniques privées).  

Pendant longtemps ceux qui voulaient tuer cet hôpital et en particulier l’ARS et la direction générale ont dit et répété qu’il n’y avait pas d’alternative au projet qu’ils présentaient. Un autre projet, chiffré, a été mis au point prouvant ainsi que, si, une alternative était possible. Il ne s’agit pas de se placer dans une démarche qui consisterait à imposer cette nouvelle vue commme unique. Au contraire il faut soumettre ce projet et les autres, tous ceux qui pourraient exister, au débat avec les élus, avec les candidats (puisque c’est la période !), avec la population, avec les associations de malades, etc…

Raison de plus pour saisir positivement la proposition d’Anne HIDALGO, Prmière adjointe et candidate à la mairie de Paris, de tenir des Etats généraux de la santé, incluant la question de l’hospitalisation publique, donc, à Paris, de l’AP-HP et en particulier de l’Hôtel-Dieu. 

Des tentatives de contournement de tout ce qui a été obtenu par la lutte des personnels, des usagers, des élus ont régulièrement lieu. En clair, la DG n’a pas cessé de vouloir imposer la transformation de l’Hôtel-Dieu en super centre de santé et la fermeture des urgences. Pour cela, faisant fi des engagements de la Première adjointe comme de la décision ministérielle de reporter la fermeture des urgences, Mme Faugère orchestre un tas de manœuvres pour saboter cet hôpital. La tentative de déménagement stoppée cet été grace à la présence des personnels et à l’intervention de nos élues

 

et d’Anne Hidalgo a recommencé.

Il faut que des consignes strictes soient données à cette dame pour qu’elle se conforme aux décisions qui ont été obtenues. Et, parce que  cela suffira pas, il est temps de signifier son renvoi à Mme Faugère.

Ci-dessous, le communiqué du comité de soutien sur le service des urgences et l’interview du médecin-chef de la Brigade des sapeurs-pompiers de Paris :

 fichier pdf CP BSPP Domanski 

fichier pdf ADH 723 P38-39

 

Les militants parisiens de R&S à la Fête de l’Humanité

 

Les militants parisiens étaient présents au stand de R&S à la Fête de l’Humanité !
Un stand animé en commun avec les Editions de Matignon où nous avons rencontré nos camarades de province.
 
Les militants parsiens ont assisté au débat de la fédération de Paris du PCF sur les Municipales à Paris (où Anne Hidalgo a fait une bonne intervention aux côtés de Ian Brossat, président du groupe PC-PG), ainsi qu’au débat de la Gauche Unitaire sur l’acte 3 de la décentralisation  et au débat sur le Service public (avec la présence de Michel Jallamion, président de Convergence) au stand du FdG du Limousin.
 

 

RS75 à la manif !

RS75 à la manif ! dans Manifs-meetings lucien-marianne-5mai20131-207x300

Manifestation du 5 mai à Paris

 

Contre la finance et l’austérité, pour la 6ème République !

 R&S75 appelle à participer à la manifestation qui partira de la Bastille.

(le RdV RS avant le départ de la manif est entre 12h30 et 13h angle de Bastille avec la rue de Lyon)

 

12345



Jacquesyvonpierre |
Marketingstarts |
Gimmeshine |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Pour Notre Village QUINCY-V...
| Yenamarre69
| Bernardofrsc