Archive pour la Catégorie 'Analyse'

Page 4 sur 5

Communiqué de R&S suite aux déclarations de F. Hollande sur le PCF des années 70

Ce communiqué a été proposé par le Comité parisien aux instances nationales qui l’ont fait leur.

fichier doc Que veut vraiment François Hollande

Le P’tit Jaurès de Paris

Numéro spécial « Laïcité ».

Merci aux camarades des antennes Paris-Sud, Paris-Nord et Paris-Ouest qui sont en cours de diffusion sur les 9ème, 10ème, 12ème, 13ème, 14ème, 15ème, 17ème, 18ème et 19ème arrondissements.

http://marinettebache.a.m.f.unblog.fr/files/2015/04/2015-03-jaures-de-paris-n-special-laicite.pdf

à propos des prochaines élections législatives en Turquie…

Déclaration de République-et-Socialisme 

à propos des futures élections législatives en Turquie

R&S tient d’abord à rappeler sa volonté de respecter le choix de tous les peuples et de ne pas plaquer sur la Turquie des schémas de pensée extérieurs à ce pays. Cependant, pour R&S, l’aspiration à plus de bien-être, à plus de sécurité, aux droits à l’éducation, à la liberté de penser, à la réelle égalité en droits des êtres humains, à la souveraineté populaire… est la même pour tous les peuples.

C’est en ce sens que les futures élections législatives en Turquie ne peuvent laisser indifférents les militants de gauche.

-Après les déclarations d’Obama, exigeant, on se demande au nom de quelle légitimité, l’entrée de la Turquie dans l’espace européen,

-avec l’annonce d’Erdogan de rendre légalement le régime turc encore plus autoritaire par la révision de la Constitution dans le but d’instaurer un régime présidentiel et de mettre au pas le pouvoir judiciaire,

-au moment où l’est de la Turquie est sous la menace de Daesh, vaillamment repoussée à ce jour par les forces combattantes kurdes, en dépit de l’étrange passivité de l’armée turque,

mais aussi,

-après l’espoir suscité en Turquie par le succès de Syriza dans la Grèce voisine,

la Turquie va connaitre, en juin 2015, des élections législatives importantes pour son avenir.

La défaite d’Erdogan doit être le principal objectif de tout progressiste et, c’est le sens, selon R&S, que le Front de Gauche doit donner à toute manifestation de solidarité partidaire vis-à-vis des forces politiques turques.

Depuis que l’AKP est au pouvoir en Turquie :

-tous les services publics sont mis à mal et toutes les entreprises publiques sont privatisées avec leur cortège d’atteintes aux droits des salariés ; Erdogan est acquis à l’ultra-libéralisme économique ;

-la laïcité est remise en cause et le pouvoir s’en prend violemment aux droits des femmes allant jusqu’à affirmer publiquement leur non-égalité avec les hommes ;

-les négociations pour une solution pacifique et politique de la question kurde sont entravées ;

-toute forme de contestation du gouvernement et de ses choix économiques, sociaux et sociétaux, et en particulier le mouvement Gezi en juin 2014, est sévèrement réprimée.

Or, depuis les 15 ans de pouvoir d’Erdogan, la gauche turque est en mauvais état, partagée entre plusieurs partis dont certains ont perdu du crédit tandis que d’autres peinent à s’ancrer dans la population, laquelle choisit plutôt, pour exprimer son opposition à l’AKP, des mobilisations populaires telles que celle du printemps dernier.

Le parti républicain du peuple (CHP), parti kémaliste et traditionnellement classé comme social-démocrate, actuellement principale force d’opposition, s’était coupé des franges qui constituaient son électorat dans les années 70 : les « élites » modernistes des villes, les ouvriers et les populations défavorisées des zones rurales, et ce, d’une part par son abandon progressif de la promotion de la laïcité et son étrange alliance avec le MHP, un parti « islamo-turc » et d’autre part, son peu d’attention aux revendications sociales.

La nouveauté réside dans l’émergence électorale possible du parti démocrate du peuple (HDP) qui a quelques chances d’atteindre les 10% nécessaires pour être représenté au Parlement turc. Il est pour cela nécessaire que l’HDP dépasse son image de parti pro-kurde et obtienne une reconnaissance nationale. Dans ce jeu électoral peu démocratique, l’échec de ce pari ferait le jeu de l’AKP.

Il est à noter que ces 2 partis de gauche (les autres sont trop petits pour jouer un rôle électoral significatif) ont, tous les 2, salué avec force la victoire de Syriza en Grèce.

En ce sens, il semble à R&S que les militants de gauche en France, et le FdG, doivent soutenir les forces démocratiques turques –et en particulier l’émergence de HDP sur la scène électorale en le recevant à Paris- en ne se cachant pas qu’il faudra avant tout agir pour chasser Erdogan du pouvoir.

Egalité Femmes/Hommes : sans concession !

L’intervention de Marinette Bache au Conseil de Paris à propos de l’égalité Femmes/Hommes ce mardi 17 mars 2015 :

Madame la Maire, Madame l’adjointe, cher-e-s collègues,

Voici une communication importante et tant attendue sur l’action de notre Municipalité pour promouvoir l’égalité Femmes/Hommes.Elle a été présentée, avec la conviction qu’on lui connait par la Maire de Paris.

Mon accord est entier et total avec les objectifs comme avec les moyens ici exposés.

Je rejoins la volonté de commencer dès l’école l’éducation à l’égalité ; je regrette la disparition des alphabets de l’égalité mais je salue les initiatives parisiennes particulièrement dans les collèges.

J’approuve l’action en faveur de l’égalité professionnelle comme la volonté de rendre visible le fait féminin, dans la culture mais aussi dans le sport, tant par la féminisation des noms de rues ou d’équipements que par la promotion de la pratique sportive féminine et l’accueil de manifestations de haut niveau.

Je soutiens toutes les actions spécifiques qui permettent aux femmes de choisir la parentalité : planification, contraception, accès à l’IVG.

Je salue avec fierté l’engagement de Paris dans la lutte contre la prostitution, dont certains professent qu’il s’agit d’un choix ; j’espère qu’ils trouveront matière à réfléchir avec la campagne sur ce sujet et en particulier l’excellente prestation de Bruno Solo et.

En matière de lutte contre les violences faites aux femmes, je remercie Hélène Bidard d’être toujours présente et à l’écoute à l’instar de la feuille de route que lui a confiée par la Maire. Je peux en juger, travaillant dans le 20ème avec le PAD spécialisé en ce domaine. La création de places en CHRS et la mobilisation de 50 logements sociaux répondent à une nécessité.

Enfin j’apprécie l’intelligence de la méthode proposée, basée sur la transversalité des différentes actions.

Si nous prenons donc aujourd’hui les moyens concrets d’avancer vers l’égalité des droits, ce combat n’est pas nouveau.

Il en fallu des luttes pour acquérir le droit à l’éducation, le droit de vote, le droit de travailler, le droit de gérer son argent, le droit à l’autorité parentale… et aussi la contraception, l’IVG, la reconnaissance du viol ou des violences conjugales.

Tout ce qui sera fait à Paris, en faveur de l’égalité Femmes/Hommes aura une répercussion dans le monde pour les luttes des femmes, à commencer par celles qui subissent le joug des obscurantismes.

Le plus souvent ces obscurantismes sont le fait de lois théocratiques appuyant le pouvoir d’hommes rétrogrades. Saluons les femmes tunisiennes, égyptiennes, nigérianes, yéménites et de toutes celles qui se battent au péril de leur vie pour la liberté et leurs droits. Saluons les hommes qui les soutiennent. Malek Chebel, par exemple, philosophe algérien, qui ose rappeler que « Contrôler l’espace, c’est contrôler la société. Voiler la femme, c’est la cantonner, car c’est un adversaire potentiel. La brimer, c’est éteindre toutes velléités de prise de pouvoir. »

Les religions n’ont jamais bien traité les femmes.  Saint Paul disait : «L’homme, lui, ne doit pas se voiler la tête: il est l’image et la gloire de Dieu, mais la femme est la gloire de l’homme. Voilà pourquoi la femme doit porter sur la tête la marque de sa dépendance». Les fondamentalistes aujourd’hui ne disent pas autre chose. Alors Mohamed Kacimi, romancier algérien dénonce : « Le hijab joue la fonction que lui a assigné Paul, il y a deux mille ans : signifier à la femme en public qu’elle est un être inférieur, bonne à museler ».

En France, Ghaleb Bencheick s’exprimait il y a quelque mois dans l’Humanité pour demander « une refondation de la pensée islamique » intégrant l’égalité hommes-femmes. C’est lui que nous devons aider, pas les régressistes comme Tariq Ramadan ou l’UOIF qui se parent d’une pseudo tolérance pour justifier la soumission des femmes. Méfions-nous de réflexes néo-colonialistes qui au nom d’un différencialisme culturel, nous empêcheraient de traiter l’autre comme un égal, une égale. Tournons notre soutien vers les courageuses femmes d’Iran qui se sont dévoilées le 8 mars comme vers celles d’Aubervilliers, qui savent, parce qu’elles le vivent, que le voile est une marque de l’effacement de la femme dans l’espace public.

Le combat pour la démocratie rejoint celui pour la liberté de la femme. Il est porté par de nombreux intellectuels comme le sociologue algérien Zoubir Arous ou par la sociologue à l’Université de Tunis Dorra Mahfoudh. Ce combat rejoint celui de la dépénalisation de l’homosexualité revendiquée en mai 2014 par l’écrivain et intellectuel marocain Ahmed Assid.

Tous les signes que les puissances publiques envoient doivent reconnaitre et promouvoir l’égalité Femmes / Hommes.

Aussi je me réjouis que la Ville de Paris fasse d’Asia Bibi une citoyenne d’Honneur. C’est une mesure de protection pour elle ; c’est un hommage rendu aux hommes qui l’ont défendue au péril de leur vie –certains ont été assassinés- au Pakistan en rejetant la loi sur le délit de blasphème dont elle est accusée, blasphème qui d’ailleurs, comme le dit André Comte-Sponville fait « partie des Droits de l’Homme, pas des bonnes manières ». Et, oui, on peut être croyant et progressiste.

Madame la Maire, Madame l’adjointe, merci de vos tribunes, de vos déclarations et de votre action pour la « Cause des femmes »… comme on disait jadis.

 

Combattre pour la LAÏCITE contre les replis identitaires d’où qu’ils viennent

Vous trouverez ci-dessous le communiqué de R&S75 à propos du meeting du 6 mars à St Denis.

Meeting du 6 mars :

le comité parisien de République & Socialisme n’y participera pas.

 

Deux mois après les attentats islamistes contre Charlie-Hebdo et à la veille de la journée internationale du 8 mars, affirmant les droits des Femmes et reconnaissant leurs luttes pour l’Egalité du genre humain,

  • attaché aux valeurs fondatrices de la République que sont la Liberté, l’Egalité et la Fraternité,
  • attaché à son principe essentiel de Laïcité, permettant la liberté d’expression dans le respect de la loi,
  • dénonçant tous les racismes et antisémitisme,
  • ayant comme conception de la République, celle d’une communauté de citoyens libres de tout dogme, en conscience et en raison, refusant toute assignation à résidence ethnique ou religieuse,
  • ne reconnaissant aucun délit de blasphème ou d’apostasie,
  • condamnant tout relent d’esprit colonialiste qui ne reconnait pas l’Autre comme un Egal et le place dans une situation d’être « protégé »,
  • et, à la veille du 8 mars 2015, plus particulièrement en solidarité avec les luttes menées par les Femmes en Tunisie, en Egypte, au Yemen, au Pakistan, au Nigéria et dans bien d’autres pays,

République et Socialisme ne peut se retrouver sur un appel avec, entre autres, des organisations telles l’UOIF, les Indigènes de la République, les Indivisibles, qui, à divers égards, argumentent sur le « droit à la différence » pour repousser le « droit à la ressemblance » et instaurer la différence des droits, qui foulent aux pieds les principes républicains, en particulier ceux de reconnaissance de l’Egalité des Êtres humains : séparation des Hommes et des Femmes, refus du mariage pour tous, promotion de principes identitaires, confusion entre origine culturelle et appartenance religieuse…

Le comité parisien de République et Socialisme ne soutient pas et ne participera pas au meeting du 6 mars à St Denis et appelle, au contraire, les citoyennes et les citoyens, dans l’esprit de la grande marche républicaine du peuple français du 11 janvier dernier, à se retrouver dans l’appel à la lutte pour la Laïcité de Charlie-Hebdo du 14 janvier 2015. Selon l’expression de Ghaleb Bencheikh, il est temps de se lever pour, ensemble, « sortir de l’indigence intellectuelle » et « sans volonté d’hégémonie aucune, faire Nation ».

Paris le 2 mars 2015

Communiqué de soutien au grouvernement grec

Non au chantage de la BCE

Soutien et solidarité avec le peuple grec

Une fois de plus la Banque Centrale Européenne montre son mépris de la démocratie et de la souveraineté des peuples  et son manque de neutralité, en s’alignant sur la politique allemande. Le dogme libéral qu’elle entend imposer conduira les peuples d’Europe vers une austérité à perpétuité. Ce coup de force contre le choix du peuple grec conduira la plupart des pays de l’EU au marasme et accentuera les difficultés à la mise en place d’une politique alternative pour sortir de la crise.

Les choix du peuple grec doivent être respectés !

Cette politique punitive du chantage permanent et cette volonté d’alimenter la peur auprès du nouveau gouvernement grec et du peuple grec qui après avoir été saigné aux quatre veines ont osé envisager de mettre fin aux politiques d’austérité ne peut que nous interroger une fois de plus quant à l’aspect démocratique de l’Union européenne.

République et Socialisme s’oppose à la décision unilatérale et irresponsable de la Banque Centrale européenne prise par des technocrates non élus.

En 2012, le vote des Français n’a pas été respecté, François Hollande n’ayant pas osé affronter Angela Merkel.

En 2015, le vote des Grecs  doit être respecté, permettant un nouveau plan pour le pays, différent de celui imposé par la Troïka. Les deux ne sont pas compatibles.

Nous attendons que la France par la voix de son Président porte dès à présent un discours clair et indépendant afin de soutenir Alexis Tsipras dans son processus de négociation engagé au plan européen.

République et Socialisme demande au gouvernement français d’intervenir en soutenant les propositions du gouvernement grec.

 

Le communiqué de R&S national à propos de l’attentat à Charlie-Hebdo

Attentat meurtrier contre Charlie-Hebdo,

un  acte révoltant et barbare contre la liberté  d’expression

L’attentat meurtrier contre Charlie-Hebdo porte atteinte à la République, à la démocratie et la liberté.

Douze morts : les dessinateurs Charb, Wolinski, Cabu, Tignous et Honoré, l’économiste Bernard Marris, la psychanalyste Elsa Cayat, le correcteur Mustapha Ourrad, le président-fondateur du festival du carnet de voyage à Clermont-Ferrand Michel Renaud, l’agent de maintenance Frédéric Boisseau, ainsi que les policiers Ahmed Merabet et Franck Brinsolaro.

République et Socialisme apporte sa solidarité pleine et entière aux familles et aux proches des victimes.

Cet acte barbare endeuille notre pays et notre démocratie, il  ne doit pas être laissé sans réaction.

Quels qu’en soient les auteurs, c’est à la liberté d’expression et à la liberté de la presse qu’ils ont voulu s’en prendre.

Face à cet acte odieux, il faut une réponse de l’ensemble des Républicains et des démocrates, ce,  en  refusant  toutes  les  formes  d’instrumentalisations et de peurs.

Pour République et Socialisme la réponse doit s’inscrire  dans le cadre laïque de la démocratie républicaine, c’est avant tout réaffirmer haut et fort nos valeurs et notre diversité, résister, ne pas céder et montrer que le droit à l’expression libre doit sans cesse être renouvelé.

République et Socialisme appelle tous ses militants et l’ensemble des citoyens à  participer aux divers  rassemblements qui  auront lieu partout en France.

Nomination de Valls II

Communiqué de presse suite à la nomination du nouveau gouvernement Valls II

Paris le 27 Août 2014

La nomination du nouveau gouvernement VALLS n’apporte aucun changement dans la politique économique  déjà mise  en  œuvre, bien au contraire!

Ce  gouvernement marquera sans aucun doute l’accélération de la politique austéritaire aux  ordres  de  l’Euro-libéralisme  préconisé par Bruxelles.

République et Socialisme  constate qu’une fois de plus François Hollande  tourne le dos à ses engagements.

Cette politique est contraire aux aspirations du peuple de gauche et contraire aux intérêts de la France.

Il faut changer de cap.

République et Socialisme salue l’attitude de Aurélie Filipetti, Benoît Hamon et Arnaud Montebourg qui ont préféré un départ du gouvernement plutôt que de renoncer à leurs convictions de gauche.

 

République et Socialisme appelle  à renforcer et à approfondir plus que jamais le dialogue avec tous ceux qui à gauche souhaitent une remise en cause de cette politique d’austérité

République et Socialisme, à l’issue de son séminaire d’été samedi 23 Août à  Pau, a,  par une réunion publique avec le PCF, Ensemble, PCOF, GU, les élus régionaux du FDG, ainsi qu’avec les courants du PS, un Monde d’avance et Démocratie et socialisme, initié  l’amorce  d’une  réflexion  pour une alternative vraiment à gauche.

Il faut répondre aux luttes des travailleurs et des syndicats et donner une perspective politique au mouvement social.

C’est  avec   tous les citoyens et les citoyennes qui veulent véritablement un changement de cap  face à la politique menée aujourd’hui, qu’il nous faut travailler ensemble pour permettre à une alternative au social libéralisme de voir le jour et redonner espoir au peuple.

Au delà des positionnements et des votes de ceux qui sont contre cette politique, nous devons tous ensemble, bâtir une stratégie et une action commune de rupture avec cette politique d’austérité. Là est l’urgence.

Victoire à l’Hôtel-Dieu mais… la vigilance s’impose !

Communiqué des élues républicaines-socialistes au Conseil de Paris

à propos de l’Hôtel-Dieu

Paris, le 20 juin 2014

Nous voulons tout d’abord nous réjouir du nouveau souffle qui peut être donné à l’Hôtel-Dieu par ce nouveau projet présenté par M. Martin Hirsch, directeur général de l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris.

Le premier projet Faugère-Capron-Fagon-LeGuen, présenté comme « hôpital debout », condamnait un hôpital situé dans un endroit stratégique, au centre de Paris, à côté du plus important nœud de communication francilien, à la fois hôpital d’excellence et hôpital de proximité.

Le symbole de cette casse du plus vieil hôpital parisien était la fermeture des urgences, un service qui reçoit 90000 patients par an.

Au côté de la CGT, le personnel soignant et médical est mobilisé depuis plus de 3 ans.

Avec quelques élus (dont l’ancien président du groupe communiste et le maire socialiste du 4ème), les élues républicaines-socialistes ont tenu bon aux côtés du personnel hospitalier, et cela depuis l’hypothèse d’un déménagement du siège de l’AP-HP dans les locaux de l’Hôtel-Dieu, déménagement qui annonçait la condamnation de l’hôpital. Les élues républicaines-socialistes ont toujours cru en un projet alternatif travaillé, argumenté et prolongeant les missions de santé publique nécessaires en ce lieu.

Grâce à l’implication d’Anne Hidalgo, maire de Paris, une nouvelle orientation a été donnée à l’AP-HP avec la nomination à sa tête de Martin Hirsch. Une nouvelle ère a été ouverte permettant de remettre à plat l’ensemble des discussions.

Elles ont abouti aujourd’hui à ce nouveau projet. C’est une première victoire que nous saluons. Victoire pour les personnels mobilisés avec leurs représentants. Victoire pour les élus qui les ont soutenus. Fierté pour les élues républicaines-socialistes de les avoir accompagnés dès le début de ce combat.

Les élues républicaines-socialistes appellent cependant à la vigilance. Les tenants de la transformation de l’Hôtel-Dieu en « super dispensaire » peuvent tenter de faire remettre en cause cette belle avancée.

Marinette BACHE et Karen TAÏEB

Déclaration de République et Socialisme

Logo R&S-FdG Grand avec FdG

Après les élections européennes : S’atteler  à la refondation de l’ensemble de la gauche pour la République sociale.

 Les résultats des élections européennes sont sans appel.

Certes, une très courte campagne, suivant celle des municipales, n’a pas permis que s’installe un véritable débat. Les médias qui font mine de s’étonner, ont fait le nécessaire pour que toute velléité de débat public de fond soit mise sous le boisseau.

Ce scrutin indique :

- un rejet de la politique manifesté par un fort taux d’abstention ;

- un nouveau désaveu du libéralisme et de l’austérité ;

- une nouvelle défiance des citoyens envers une Europe supranationale construite contre les peuples dans le seul but de laminer leurs conquêtes sociales ;  

- l’installation durable du FN dans le paysage politique ;

- l’écroulement de la gauche sociale-libérale ;

- la non émergence du Front de Gauche comme recours possible.

Comment s’en étonner alors que les politiciens au pouvoir ont systématiquement ignoré la volonté populaire exprimée par les scrutins successifs y compris le référendum de 2005 ?

Comment s’en étonner alors que malgré le changement de majorité en 2012, malgré les défaites électorales dues à la continuité de cette politique aussi injuste qu’inefficace, le Président F. Hollande et son Premier ministre semblent n’avoir rien compris !

Comment s’en étonner quand le dogme européen pérennise la notion de concurrence libre et non faussée ? Quand la concurrence internationale pousse ou contraint des salariés à l’exil provisoire ou définitif  de leur pays et les dresse ainsi les uns contre les autres pour le plus grand bénéfice des multinationales ? C’est le terreau du FN : même s’il prétend défendre les salariés à Paris par un discours pseudo-social, il vote ou s’abstient sur les directives libérales à Bruxelles dont celle des travailleurs détachés.

Ce scrutin nous renvoie aussi à nos propres responsabilités : la reconstruction de la gauche alors que le Front de Gauche n’a toujours pas réussi ni à incarner une alternative crédible ni à capitaliser la colère populaire et le rejet de la constitution libérale européenne qui s’était manifesté en 2005.

Et pourtant Siryza, en Grèce, pays qui subit de plein fouet des mesures d’austérité draconiennes a réussi à s’imposer dans le paysage et à devenir la première force politique du pays. Et pourtant Izquierda Unida et Podemos en Espagne ont ébranlé le bipartisme qui y règne en maître depuis des décennies. Nos camarades nous montrent la voie.

Nous devons trouver, en France, notre propre chemin : il passe par la refondation de la gauche dans son ensemble. Travaillons à rassembler ceux pour qui la gauche n’est pas le dumping social et fiscal, la baisse des solidarités, la casse des services publics, la destruction du code du travail et de la protection sociale.

Il faut reconstruire un projet donnant la priorité à l’emploi stable, à des salaires, des conditions de travail et environnementales corrects. Il faut mettre en place des solidarités locales, nationales et internationales permettant d’imposer l’intérêt des salariés et non celui du capital. La gauche c’est l’Humain d’abord. La gauche c’est la République sociale.

Ce fut le sens du combat de Jean Jaurès. C’est ce combat que nous devons reprendre et renouveler. République et Socialisme entend y œuvrer dès maintenant.

12345



Jacquesyvonpierre |
Marketingstarts |
Gimmeshine |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Pour Notre Village QUINCY-V...
| Yenamarre69
| Bernardofrsc