Archive pour la Catégorie 'Analyse'

Page 3 sur 5

2nd tour des Régionales

Ci-dessous les communiqués de République et Socialisme concernant le 2nd tour des élections régionales ce dimanche 13 décembre 2015 :

Communiqué national :

POUR LA PRESENCE ET L’UNITE DE LA GAUCHE AU 2nd TOUR

Les Françaises et les Français se sont exprimés. Ils ont placé à un haut niveau le FN.

La politique économique d’austérité menée par le gouvernement en est en large partie responsable et explique la lourde sanction essuyée par le parti socialiste et plus largement le score insatisfaisant de l’ensemble de la gauche. Ce recul sur l’ensemble des questions sociales, de solidarité, des droits, est ressenti de plus en plus durement  par les électrices et électeurs de gauche qui ne se sont pas déplacés.

La droite profite de cette situation et n’hésite pas à appeler au désistement de la gauche pour faire barrage au FN alors que sa campagne a flirté avec ses thèses.

Face au danger de l’extrême droite et à celui du retour d’une droite plus que jamais arrogante  qui conduiraient à un recul des politiques régionales en matière de services publics, d’emploi, de soutien au plus démunis et à l’activité économique, aux jeunes, à la formation, au logement, à l’égalité femmes-hommes, à la laïcité,… nous appelons tous les progressistes à faire bloc pour que la gauche dans son ensemble soit présente dans les assemblées régionales.

Là où le front de gauche est en capacité de le faire, nous appelons à une fusion sur une base programmatique afin de peser sur les politiques menées par les exécutifs régionaux.

Pour nous il n’est pas envisageable que nous puissions accepter une disparition complète des forces de gauches dans les assemblées Régionales.

République et Socialisme salue donc la décision courageuse de Jean-Pierre Masseret dans la région Grand-Est de se maintenir au second tour et appelle l’ensemble des forces de gauche et leurs électeurs à le soutenir fermement et sans ambiguïté.

République et Socialisme appelle plus généralement l’ensemble des électeurs qui ont voté pour les listes du Front de Gauche à soutenir et à voter au second tour pour les listes de rassemblement des forces de gauche.

Paris le 7 décembre 2015

Communiqué Région Ile-de-France

Les Franciliennes et les Franciliens se sont exprimés aujourd’hui.

Nous remercions toutes les électrices et les électeurs qui ont fait confiance à la liste « Nos Vies d’Abord », conduite par Pierre Laurent en Ile-de- France et regroupant le PCF, le PG, Ensemble et République et Socialisme.

Nous continuerons à défendre ce que nous pensons être la véritable alternative aux diverses politiques libérales : une véritable politique de plein emploi, un service public de qualité et accessible à toutes et tous, l’égalité femmes-hommes, une fiscalité plus juste, un soutien sans faille aux plus fragiles et aux plus démunis, la solidarité pour tous.

Pour cela nous avons un choix à faire. Un choix clair et sans ambigüité.

République et Socialisme – Ile de France appelle donc toutes les forces de gauche à s’unir pour faire barrage à la droite et à l’extrême droite. Malgré notre ressentiment face à la politique « austéritaire » du Gouvernement, cette unité est nécessaire à la victoire de la Gauche en Ile-de-France, seul cadre dans lequel nous pourrons oeuvrer pour faire avancer nos idées d’égalité, de laïcité et de solidarité.

Ce que la Gauche a réussi à faire, unie, en Ile-de-France, nous avons le devoir de le renforcer et de le faire perdurer. Nous appelons donc l’ensemble des électeurs qui souhaitent faire avancer l’idée d’une politique alternative à celle de l’austérité à voter au second tour pour la liste de la Gauche unie qui sera conduite par Claude Bartolone.

Paris, le 6 décembre 2015

Etat d’urgence et réforme de la constitution

Analyse par R&S75 des propositions présidentielles

en matière d’état d’urgence et de réforme de la Constitution

Concernant l’état d’urgence : il est organisé par la loi de 1955 pour la guerre d’Algérie. Il ne s’agit ni de l’article 16 (pouvoirs exceptionnels confiés au président de la République après consultation des présidents des chambres) ni de l’article 36 (état de siège) de la constitution. D’où plusieurs points :

1°) Le ministre ou les préfets peuvent interdire les manifestations, les rassemblements mais ce n’est absolument pas une obligation. Donc maintenir les élections est une bonne décision mais cela suppose d’autoriser les conditions du débat public ce qui inclut les manifestations y compris dans les 12 jours. L’état d’urgence permet surtout d’assigner à résidence les personnes dangereuses pour la sécurité publique, ordonner la réquisition d’armes, perquisition jour et nuit (et éventuellement, le couvre-feu). Bref on voit bien l’intérêt de cette mesure pour démanteler les réseaux terroristes et d’armes. Plus problématique est le contrôle de la  presse et de la radio qu’il permet mais, par exemple, cela permet aussi de contrôler les renseignements diffusés pendant les actions des forces de l’ordre. Par contre il ne faut évidemment pas que cela soit utilisé à d’autres fins en pleine période pré-électorale.

D’où le problème du prolongement au-delà de 12 jours. La loi de 55 oblige le vote d’une loi pour tout prolongement au-delà de 12 jours. Quel est le degré de la menace terroriste ? Où en sera le démantèlement des réseaux ? Ne pourrait-on pas demander que le vote sur cette loi de prolongation ait lieu la semaine prochaine après un rapport circonstancié du gouvernement s’il estime que le travail de démantèlement n’est pas terminé ? Les Parlementaires, mais aussi les citoyens, pourraient juger sur pièce s’il y a des abus manifestes sur les libertés publiques (la perduration de l’interdiction de manifestations pourraient en être une…). Une date de fin doit être obligatoirement incluse dans la loi depuis la modification de 2011 et il s’agit aussi d’un élément à prendre en compte (si c’est quelques jours ou un an, ce n’est pas la même chose).

2°) Concernant la « constitutionnalisation », il semble s’agir de mettre fin à l’article 16 et 36. Donc il faut voir la proposition du gouvernement qui peut être mieux que la législation existante si des verrous légaux sont mis en place (ce qui n’est pas suffisamment le cas de l’article 16 par exemple).

3°) Réforme loi de 1955 : il faut également voir la proposition si elle est d’ordre technique ou pas (mais quel est l’intérêt du  gouvernement à faire cela s’il constitutionnalise l’état d’urgence ?)

Communiqué national sur les attentats islamistes du 13 novembre 2015

Communiqué de R&S sur les attentats du 13 novembre

Paris vient d’être, une nouvelle fois, victime d’attentats barbares perpétrés par des terroristes islamistes commandités par Daesh. Nos pensées vont d’abord aux victimes et à leurs familles ; notre gratitude, aux militaires, aux policiers, aux sapeurs-pompiers de Paris, aux médecins et soignants, aux personnels des services publics qui sont intervenus et interviennent avec courage, compétence et humanité.

Après les attentats contre la liberté d’expression et les assassinats antisémites de janvier, c’est au tour de nos lieux populaires, de socialisation et de fête d’être visés. Ce sont des enfants, des jeunes, des femmes et des hommes, quelles que soient leur origine, leur condition sociale, leur religion qui ont subi cette attaque coordonnée de l’obscurantisme.

La France doit rester debout. Notre République doit rester elle-même, bras agissant de sa devise : Liberté, Égalité, Fraternité.

Au lendemain du deuil national, c’est dans le calme et la détermination que notre démocratie doit prendre les moyens de combattre le terrorisme. Il faut s’opposer à un dogme fondé sur une différenciation de sexe, de condition sociale, de religion, qui prône une guerre de civilisations. Il faut lutter, y compris judiciairement, contre les prêches islamistes qui menacent certains jeunes de nos quartiers, cibles privilégiées de ces fanatiques. Il faut que les prisons cessent de pouvoir être des lieux d’endoctrinement.

Au niveau international, nous devons assécher le financement de l’EIet soutenir avec beaucoup plus de détermination les peuples et en particulier les Kurdes à Kobané, qui luttent pour leur émancipation face à lui.

Nous devons réaffirmer, sans faiblesse, notre attachement à la liberté, à la liberté d’être et de dire, à la démocratie et à son exercice, à l’égalité, en particulier entre les Femmes et les Hommes.

Nous devons réaffirmer la France comme État de droit. Nous devons réaffirmer que notre République est celle des Droits de l’Homme, où la Laïcité fonde notre vivre ensemble.

« Le verbe RÉSISTER doit se conjuguer au présent » disait Lucie Aubrac. République et Socialisme appelle chacun d’entre nous à être dignes d’elle et de notre peuple résistant hier face à d’autres barbares.

Communiqué de R&S – IdF à propos du processus FdG – IdF sur les élections régionales

ELECTIONS REGIONALES 2015

Les représentants de la coordination de République et Socialisme – Ile-de-France, réunis le dimanche 13 septembre 2015 à la fête de l’Humanité, ont pris connaissance de la proposition, faite par le Parti Communiste Français, de processus de travail pour les élections régionales jusqu’au lancement de la campagne.

R&S approuve la démarche de l’établissement d’une base commune du FdG – IdF pour « une liste de large rassemblement citoyen, écologiste et de gauche qui résiste à l’austérité », qui soit respectueuse de nos différentes composantes.

Notre socle programmatique doit avoir pour ambition de permettre à la Région IdF de s’opposer à l’austérité et de battre la droite et l’extrême-droite.

Nous approuvons la démarche des forums citoyens locaux et départementaux ainsi que l’ouverture de notre liste à des représentants de la société civile principalement impliqués dans les mouvements sociaux.

R&S confirme son accord pour que son candidat – chef de file soit et reste, quelle que soit la configuration du 2ème tour, en position éligible. R&S proposera d’autres candidats, issus des mouvements sociaux ou de jeunesse.

R&S estime :

  • que, si chaque organisation est maîtresse de la désignation de ses candidats, la proposition que, à travers E. Coquerel, le PG assume la tête de liste à Paris et que, à travers C. Autain, Ensemble assume celle de la Seine-st-Denis, est légitime.
  • que la tête de liste en Ile-de-France revient au PCF. Le choix des militants communistes de Pierre Laurent, SN du PCF, est un gage, à la fois, d’assurance que notre campagne se fera sur une ligne de gauche, d’unité contre l’austérité et de dynamisme militant et, à la fois, de capacité de discussion dans le respect de nos différences.

République et Socialisme souhaite maintenant que nos discussions avancent vite, tant sur notre programme que sur nos listes, afin que nous puissions, tous ensemble, aller à la rencontre de nos concitoyens franciliens.

R&S est, dès aujourd’hui, disponible pour cette campagne.

Paris, le 14 septembre 2015

 

Communiqué de R&S suite au vote grec

Paris le 5 juillet 2015

Les Grecs disent « non » aux créanciers

Malgré une odieuse campagne calomnieuse et alarmiste menée par la presse grecque et internationale et l’ensemble des responsables européens, mobilisés pour le « oui » jusqu’au plus haut sommet, qui se sont comportés en chiens de garde de l’oligarchie financière, le peuple grec a rejeté la vassalisation à laquelle le destinaient le FMI, la BCE et l’ensemble des autres gouvernements de l’UE.

République et Socialisme salue l’immense courage politique du peuple grec ainsi que la volonté du gouvernement grec de s’appuyer sur l’exercice de la démocratie.

République et Socialisme apporte son complet soutien au gouvernement d’Alexis Tsipras.

Nous nous réjouissons de ce magnifique camouflet donné à tous ceux qui veulent s’asseoir sur le verdict des urnes et la volonté des peuples.

Demain une rencontre doit avoir lieu entre le Président Hollande et la Chancelière allemande. La France est un grand pays. R&S attend du président qu’il permette à la France de se conduire avec dignité en prenant dès à présent ses responsabilités et la décision qui s’impose, l’initiative de la réouverture des négociations avec le gouvernement grec et l’étude d’un plan de restructuration de la dette grecque.

Le vote grec ouvre une nouvelle ère. Aujourd’hui tous les peuples sont redevables au peuple grec.

Vive la démocratie ! Vive la souveraineté des peuples ! Vive la Grèce !

Régionales en Ile-de-France

République et Socialisme – Ile-de-France a désigné son chef de file pour les élections régionales de décembre 2015 : il s’agit de Michel JALLAMION.

Ci-dessous le communiqué :

COMMMUNIQUE DE PRESSE DE

REPUBLIQUE ET SOCIALISME – FRONT DE GAUCHE

Pour une liste  ouverte, progressiste et solidaire en Ile-de-France

 

République et Socialisme Ile-de-France (R&S-IDF) a désigné à l’unanimité comme chef de file Michel JALLAMION. Investi dans le militantisme associatif pour la République sociale et dans la lutte pour la défense et le développement du service public, il permettra à R&S-IDF de contribuer pleinement à la prise en compte de ces thèmes dans une démarche commune et ouverte au sein d’une liste large de rassemblement.

R&S-IDF salue l’initiative du PCF et de son secrétaire national, Pierre Laurent, de vouloir faire converger, au-delà du FdG, des forces politiques et citoyennes et participera le 6 juillet au lancement de la Fabrique Coopérative à  « La Parole Errante » à Montreuil.

R&S est heureux que le PCF ait désigné son secrétaire national comme son chef de file en Ile-de-France. Cela aidera à notre  lisibilité commune et contribuera à réunir les conditions de notre percée politique. Celle-ci est nécessaire pour enrayer la politique d’austérité menée par le gouvernement.

Cela aidera à l’union de la gauche au second tour, seule solution pour ne pas laisser la région à la droite et à l’extrême droite. Avec Pierre Laurent, cette union pourra se faire autour d’une importante politique d’investissement, de développement des services publics, du logement, de l’emploi et du pouvoir d’achat, de l’industrialisation et de l’environnement, de l’égalité et de la laïcité.

Une  liste des militants de l’ensemble des forces de progrès opposée à l’austérité et pour une alternative démocratique, sociale et écologique permettrait d’installer durablement  une offre d’alternative réelle. Cette simple possibilité a déjà obligé Claude Bartolone à modifier son positionnement et à accentuer ses positions en faveur d’une politique sociale.

C’est pourquoi R&S-IDF appelle l’ensemble des forces de progrès à être facilitateur de cette démarche et l’ensemble des militants à s’y impliquer.

Ce pari doit être réussi si nous voulons, réellement et sincèrement, réunir les conditions pour permettre à notre peuple de se mettre en mouvement.  Cette mise en mouvement ne peut être décrétée : il nous faut, patiemment, la construire. Pour cela, nous appelons de nos vœux à bâtir notre programme en y associant le maximum de nos concitoyens.

Tous ceux qui ont fait du combat contre l’austérité le cœur de leur engagement politique ont leur place à nos côtés. Nous appelons les « frondeurs » PS,  Nouvelle Donne, et EELV à s’associer à cette démarche.

Paris, le 1er juillet 2015

Communiqué de R&S après les élections municipales et régionales en Espagne

L’espoir renaît en Espagne

République et Socialisme se réjouit des résultats des élections régionales et municipales en Espagne.

C’est une défaite nette pour la droite au pouvoir. C’est, surtout, après le score obtenu par PODEMOS, l’affirmation que les Espagnols rejettent la politique d’austérité du gouvernement avec comme conséquence le chômage et la pauvreté.

Ils ont ainsi manifesté leur refus de cette politique et montré aussi leur écœurement face aux scandales de corruption à répétition.

Ces élections marquent la fin de la transition post franquiste représentée par le bipartisme : PP et PSOE. Et cela d’autant plus que les gouvernements précédents, issus du PSOE, n’avaient pas eu la volonté de s’opposer aux diktats  de l’Europe libérale.

République et Socialisme salue l’évolution du PSOE madrilène qui a refusé la mairie de Madrid, « offerte » par la droite, au profit d’un soutien à la candidate de PODEMOS, R&S souhaite que cette attitude soit la même sur l’ensemble de l’Espagne. Ce serait un signe fort pour les autres pays, dont la France.

Après les élections grecques, et avant les élections législatives espagnoles à la fin de l’année, c’est un énorme espoir pour tous les peuples d’Europe.

C’est un formidable appui pour les luttes en Europe contre l’austérité et pour la démocratie, mais également un soutien populaire pour le gouvernement grec.

Paris le 27 mai 2015

Communiqué de R&S suite aux déclarations de F. Hollande sur le PCF des années 70

Ce communiqué a été proposé par le Comité parisien aux instances nationales qui l’ont fait leur.

fichier doc Que veut vraiment François Hollande

Le P’tit Jaurès de Paris

Numéro spécial « Laïcité ».

Merci aux camarades des antennes Paris-Sud, Paris-Nord et Paris-Ouest qui sont en cours de diffusion sur les 9ème, 10ème, 12ème, 13ème, 14ème, 15ème, 17ème, 18ème et 19ème arrondissements.

http://marinettebache.a.m.f.unblog.fr/files/2015/04/2015-03-jaures-de-paris-n-special-laicite.pdf

à propos des prochaines élections législatives en Turquie…

Déclaration de République-et-Socialisme 

à propos des futures élections législatives en Turquie

R&S tient d’abord à rappeler sa volonté de respecter le choix de tous les peuples et de ne pas plaquer sur la Turquie des schémas de pensée extérieurs à ce pays. Cependant, pour R&S, l’aspiration à plus de bien-être, à plus de sécurité, aux droits à l’éducation, à la liberté de penser, à la réelle égalité en droits des êtres humains, à la souveraineté populaire… est la même pour tous les peuples.

C’est en ce sens que les futures élections législatives en Turquie ne peuvent laisser indifférents les militants de gauche.

-Après les déclarations d’Obama, exigeant, on se demande au nom de quelle légitimité, l’entrée de la Turquie dans l’espace européen,

-avec l’annonce d’Erdogan de rendre légalement le régime turc encore plus autoritaire par la révision de la Constitution dans le but d’instaurer un régime présidentiel et de mettre au pas le pouvoir judiciaire,

-au moment où l’est de la Turquie est sous la menace de Daesh, vaillamment repoussée à ce jour par les forces combattantes kurdes, en dépit de l’étrange passivité de l’armée turque,

mais aussi,

-après l’espoir suscité en Turquie par le succès de Syriza dans la Grèce voisine,

la Turquie va connaitre, en juin 2015, des élections législatives importantes pour son avenir.

La défaite d’Erdogan doit être le principal objectif de tout progressiste et, c’est le sens, selon R&S, que le Front de Gauche doit donner à toute manifestation de solidarité partidaire vis-à-vis des forces politiques turques.

Depuis que l’AKP est au pouvoir en Turquie :

-tous les services publics sont mis à mal et toutes les entreprises publiques sont privatisées avec leur cortège d’atteintes aux droits des salariés ; Erdogan est acquis à l’ultra-libéralisme économique ;

-la laïcité est remise en cause et le pouvoir s’en prend violemment aux droits des femmes allant jusqu’à affirmer publiquement leur non-égalité avec les hommes ;

-les négociations pour une solution pacifique et politique de la question kurde sont entravées ;

-toute forme de contestation du gouvernement et de ses choix économiques, sociaux et sociétaux, et en particulier le mouvement Gezi en juin 2014, est sévèrement réprimée.

Or, depuis les 15 ans de pouvoir d’Erdogan, la gauche turque est en mauvais état, partagée entre plusieurs partis dont certains ont perdu du crédit tandis que d’autres peinent à s’ancrer dans la population, laquelle choisit plutôt, pour exprimer son opposition à l’AKP, des mobilisations populaires telles que celle du printemps dernier.

Le parti républicain du peuple (CHP), parti kémaliste et traditionnellement classé comme social-démocrate, actuellement principale force d’opposition, s’était coupé des franges qui constituaient son électorat dans les années 70 : les « élites » modernistes des villes, les ouvriers et les populations défavorisées des zones rurales, et ce, d’une part par son abandon progressif de la promotion de la laïcité et son étrange alliance avec le MHP, un parti « islamo-turc » et d’autre part, son peu d’attention aux revendications sociales.

La nouveauté réside dans l’émergence électorale possible du parti démocrate du peuple (HDP) qui a quelques chances d’atteindre les 10% nécessaires pour être représenté au Parlement turc. Il est pour cela nécessaire que l’HDP dépasse son image de parti pro-kurde et obtienne une reconnaissance nationale. Dans ce jeu électoral peu démocratique, l’échec de ce pari ferait le jeu de l’AKP.

Il est à noter que ces 2 partis de gauche (les autres sont trop petits pour jouer un rôle électoral significatif) ont, tous les 2, salué avec force la victoire de Syriza en Grèce.

En ce sens, il semble à R&S que les militants de gauche en France, et le FdG, doivent soutenir les forces démocratiques turques –et en particulier l’émergence de HDP sur la scène électorale en le recevant à Paris- en ne se cachant pas qu’il faudra avant tout agir pour chasser Erdogan du pouvoir.

12345



Jacquesyvonpierre |
Marketingstarts |
Gimmeshine |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Pour Notre Village QUINCY-V...
| Yenamarre69
| Bernardofrsc