Archive pour la Catégorie 'Analyse'

Contre la privatisation d’Aéroports de Paris

Communiqué de République et Socialisme : ADP doit rester public ! La parole aux citoyens.

Dans son entreprise de « commissaire-priseur » Macron a décidé de vendre Aéroports de Paris (ADP). La loi PACTE, qu’il a fait voter par sa majorité de godillots, prévoit également de vendre les parts de l’Etat dans ENGIE (ex Gaz de France) et de privatiser La Française des Jeux (qui outre qu’elle rapporte 3,5 milliards de recettes pour l’Etat, permet d’éviter le blanchiment d’argent : quelles assurances aurions-nous si LFJ passait aux mains du privé ?).

Aéroports de Paris rapporte 100 à 200 millions à l’Etat mais, avant d’être privatisé, a investi 6milliards d’euros : beau cadeau pour le « repreneur » !

Privatiser c’est une bonne opération financière pour des amis de Macron. Ce n’est pas que cela !

C’est l’abandon par l’Etat de son rôle d’aménageur du territoire ; c’est l’abandon au privé d’un énorme patrimoine immobilier. C’est le contribuable et l’usager qui paieront les conséquences de la privatisation.

Aéroports de Paris est en situation monopolistique et pourra augmenter les tarifs des redevances que paient les compagnies aériennes –dont la compagnie nationale, Air-France- pour bénéficier des installations Le gestionnaire privé aura pour principal objectif de faire du profit, alors que l’État était soucieux d’arbitrer justement entre les intérêts d’Air France et ceux d’ADP.  Et ces hausses de tarif sont intégrées au prix des billets.

De plus ADP est aussi le gardien de notre frontière aérienne. Au moment où les questions de sécurité nationale sont prégnantes, c’est une inconscience que de s’en remettre au privé.

Voulant« éviter que soit à nouveau commise l’erreur de la privatisation des autoroutes », qui ont engendré des hausses de tarifs pour les usagers en laissant les actionnaires s’en mettre plein les poches, ou du viaduc de Millau dont les tarifs ont augmenté 70% depuis la privatisation –ce qu’« oublie » François Bayrou-, les députés ont agi.

Une heureuse initiative des parlementaires socialistes, reprise et appuyée par les députés et sénateurs communistes, insoumis et même quelques-uns de droite qui ont le sens de l’intérêt général, (197 parlementaires ont signé alors que 185 étaient nécessaires à l’application de cette disposition) permet d’enclencher la procédure de référendum d’initiative partagée.

La proposition parlementaire doit désormais être validée par le Conseil constitutionnel et signée par 10 % du corps électoral (soit 4,5 millions de citoyens), pour que le Gouvernement soit contraint à organiser le référendum.

Dès maintenant République et Socialisme appelle les citoyennes et citoyens de ce pays, qui ont la préoccupation du service public et qui en ont marre des petits intérêts entre amis financiers, à se mobiliser et à appeler à la mobilisation pour signer la pétition qui permettra ce référendum.

Déclaration de R&S national suite aux mesures de répression demandées par E. Philippe

En République c’est le peuple, pas le gouvernement, qui doit avoir le dernier mot !

Depuis de nombreux mois, le Peuple de France ne cesse de crier son désarroi face aux décisions prises par le Gouvernement, qui n’a pour but que le satisfécit d’une poignée de nantis.

Depuis de nombreux mois, le Peuple de France tente de faire face à l’autisme gouvernemental et au mépris qu’il reçoit en réponse à ses revendications.

Hier soir, dans son intervention, le Gouvernement, par la voie d’Édouard Philippe, a passé un nouveau cap en entrant dans une dérive autoritaire afin d’évacuer la question politique et sociale.

Comme le disait Jaurès : « La République sera sociale ou ne sera pas ! »

République et Socialisme condamne évidemment les violences pour trois raisons.

Lire la suite de ‘Déclaration de R&S national suite aux mesures de répression demandées par E. Philippe’

Mairie du 14ème arrondissement de Paris : pour la défense du service public hospitalier !

M14-1 M14-2 M14-d M14-5

Marinette BACHE, conseillère R&S de Paris, présidente de Résistance Sociale et Michel JALLAMION, conseiller régional R&S d’IdF, président de la Convergence de défense et de développement des services publics sont allés, ce dimanche 16 décembre, sur l’esplanade de la mairie du 14ème arrondissement de Paris, pour accueillir, avec notre camarade Jean-Claude Chailley, SG de RESO, et aux côtés de la maire du 14ème, Carine Petit, « la marche des oreilles ».

Cette marche, de plus de 300km, du Blanc (36) à Paris avait pour but de se faire entendre de Macron et Buzyn. Le pays blancois ne veut pas de la fermeture de sa maternité. Il veut le maintien de l’hôpital avec tous ses services : maternité, bien sûr, mais aussi, médecine, urgences, chirurgie, ophtalmo…

Pour plus de renseignements sur cette lutte :

https://www.resistancesociale.fr/spip.php?article3114

Michel Jallamion a pu s’exprimer :

https://www.facebook.com/ConvergenceSP/videos/vb.224531477739261/366395233924024/?type=2&theater

Déclaration de R&S : Gilets Jaunes, Macron continue de mépriser le Peuple

Déclaration du Secrétariat national de R&S

Gilets Jaunes : Macron continue de mépriser le Peuple

Une fois de plus, Emmanuel Macron a ignoré la colère populaire qu’exprime le mouvement des « gilets jaunes ». Ils sont l’expression spontanée et inorganisée d’un profond sentiment d’injustice sociale, avec une fiscalité toujours plus lourde pour les salariés et les classes moyennes répondant à toujours plus de cadeaux pour les riches.

La tentative d’institutionnalisation des « gilets jaunes » par des représentants auto-désignés ne peut être une solution sauf un créer un nouveau clivage rapide entre ces nouveaux représentants et le mouvement important qui sourd de notre pays. Sauf à reporter la colère à une prochaine irruption…

Jaurès, dans Histoire socialiste de la Révolution française, dépeint avec justesse la colère populaire liée aux droits de banalités : les taxes sont la raison de leur colère, mais plus encore, le fait qu’ils offrent une partie importante de leur force de travail pour la noblesse non seulement sans aucun retour, avec des difficultés pour vivre, mais alors qu’elle lui impose nouveaux privilèges et le mépris d’être « mal né »…

C’est ainsi que naissent les révoltes et les révolutions.

Lire la suite de ‘Déclaration de R&S : Gilets Jaunes, Macron continue de mépriser le Peuple’

Conseil national de R&S le 20 octobre 2018

Le conseil national de République et Socialisme s’est réuni ce samedi 20 octobre à Paris. Il a  analysé la situation politique et sociale et examiné ses rapports avec les différentes forces de gauche avec lesquelles R&S a des contacts ou travaille régulièrement.

 Il a décidé de la tenue soit le 8 décembre 2018 soit le 12 janvier 2019 d’un Conseil national d’orientation qui permettra à l’ensemble des adhérents de statuer sur 2 grands sujets :

-l’élection européenne du 26 mai 2019 ;

-la participation ou non à la création d’un parti politique commun avec le MRC et les amis de M-N Lienemann et E. Maurel qui ont quitté le PS.

Ci-dessous le communiqué retraçant l’ensemble des décisions.

Lire la suite de ‘Conseil national de R&S le 20 octobre 2018′

Election européenne : des propositions de R&S et de GDS

Voici cinq points, cinq messages, cinq objectifs, cinq thèmes que nos 2 formations proposent au débat avec quiconque voudra s’en saisir !

Bien sûr cela ne règle pas tous les problèmes ; mais qui aurait cette prétention ?! Chacun garde sa singularité ; chacun peut avoir des propositions complémentaires et offrir un chemin pour y parvenir. Il s’agit simplement, si nous en avons, tous, la volonté, de dépasser nos dissensions certaines pour faire front commun face au libéralisme macronien qui est entrain d’écraser notre peuple.

Sachons être plus responsable que lors de la dernière élection présidentielle.

Lire la suite de ‘Election européenne : des propositions de R&S et de GDS’

Rencontre nationale sur les élections européennes organisées par le PCF

Le PCF a organisé le 2 juillet, à son siège à Colonel Fabien, une Rencontre nationale qui a permis un large 1er échange sur les élections européennes.

La délégation de R&S était composée de Lucien Jallamion, Béatrice Durand et Michel Jallamion.

Vous trouverez ci-dessous une partie des interventions recollées par nos camarades de GDS. C’est Michel qui s’est exprimé pour R&S (à partir de 23mn 47s.)

https://www.youtube.com/watch?v=vPOriQ0MayQ&feature=youtu.be

Rencontre sur la question des services publics le 23 juin

À FORCE DE TOUT PRIVATISER, NOUS SERONS PRIVÉS DE TOUT !

POUR NOS SERVICES PUBLICS

CONVERGEONS PLACE DE LA REPUBLIQUE LE 23 JUIN A PARTIR DE 12H !

 La Convergence nationale de défense et de développement des services publics appelle à converger avec l’initiative de la Coordination nationale des hôpitaux et maternité de proximité le samedi 23 juin 2018,  place de la République à Paris. Nous souhaitons en faire un après-midi de rencontre avec les citoyennes et citoyens pour échanger sur les propositions de développement des services publics et sur les luttes menées : scénettes, prise de paroles, mise à disposition de documents, signatures de pétitions, questionnaires… un moment à la fois revendicatif, démocratique et festif.

Nous avons des propositions et des exigences en matière de services publics : mettons les sur la place publique, place de la République !

Une conférence de presse se tiendra  à 13H00 réunissant des collectifs d’usagers- personnels, élus et des représentants d’organisations syndicales, associatives et politiques afin de faire état des différentes luttes et initiatives en cours (questionnaire de la convergence, pétition de la coordination, appel « la Fonction Publique : une idée d’avenir» d’Anicet Le Pors et Gérard Aschiéri, débats dans les territoires ….).

Car aujourd’hui  c’est  l’ensemble du service public et de nos solidarités locales et nationales qui est attaqué.

De nombreuses mobilisations existent qu’elles soient syndicales ou citoyennes. Il s’agit pour nous de faire se rencontrer et converger  leurs acteurs. Que ces mobilisations aient réussi à s’imposer dans le paysage médiatique comme la lutte exemplaires des cheminots, d’Air-France, de l’énergie…  ou qu’elles peinent à percer la fenêtre du 20H00 alors que localement la presse régionale s’en fait fortement l’écho (hôpitaux, maternité, centres IVG, Poste, barrages hydraulique, remunicipalisation de l’eau, exigence d’un service public du logement, orientation et formation professionnelle, éducation…). Il nous faut également les confronter aux regards et réflexions avisés de nos concitoyens, la place de la République nous semble un bon lieu pour commencer cela.

Nous pensons, en effet, que les citoyennes, les citoyens et les personnels doivent pouvoir participer au processus de décision des services publics et à leur gestion, à chaque niveau.

R&S appelle à la marée populaire samedi 26 mai 2018

Nous publions ci-dessous l’appel, signé par 80 organisations dont R&S, à participer à la Marée populaire ce samedi 26 mai à 13h30

Pour l’égalité, la justice sociale et la solidarité,
Marée populaire le samedi 26 mai

 Un constat s’impose, Emmanuel Macron, son gouvernement et le Medef sont décidés à imposer coûte que coûte une restructuration en profondeur de la société française : politique d’austérité, destruction des droits des salarié.es, introduction de la sélection à l’entrée del’université, casse des services publics, aggravation du sort des sans emplois, réorganisation aggravant les inégalités en matière d’accès à la justice, réforme fiscale favorable aux plus riches, loi répressive contre les migrant.es, priorité donnée au secret des affaires contre le droit à l’information, introduction de l’état d’urgence dans le droit commun, répression des mouvements sociaux et des jeunes des quartiers populaires, utilisation de l’égalité femmeshommes comme simple outil de communication, sans moyens financiers, alors que les femmes sont les premières concernées par les régressions sociales… sans oublier une politique militariste au niveau international. La multiplication des mesures prises avec brutalité sur tous les fronts a un objectif, celui de créer un effet de sidération et espérer ainsi empêcher toute riposte. Le patronat profite de la situation pour multiplier les restructurations et rester sourd aux revendications du monde du travail. En s’en prenant aux personnels à statut, en particulier aux cheminot.es, Emmanuel Macron espère, s’il l’emporte, casser tout esprit de résistance.

Ce coup de force peut échouer, car les mobilisations se multiplient dans le pays, chacune avec sa spécificité : journée nationale d’action, grèves, occupation d’universités, manifestations…Il appartient évidemment aux organisations syndicales de décider, avec les personnels concernés, de leurs formes d’action. Chacune d’entre elles a, a priori, des ressorts différents, mais au-delà de tel ou tel aspect, ce dont il est question concerne la nature même de la société dans laquelle nous voulons vivre. Voulons-nous vivre dans une société où les droits sociaux seraient réduits à néant, où les services publics et la sécurité sociale auraient disparu, où l’inégalité de traitement des territoires serait la règle, où l’accès à l’université serait de plus en plus réduit, où les lanceuses et lanceurs d’alerte et journalistes seraient bâillonnés, où les défis écologiques seraient soumis aux intérêts de la finance, où le logement, les HLM et les locataires seraient marchandises, où la lutte contre les discriminations se réduit à des discours? Ou, au contraire, voulons-nous une société plus juste, plus solidaire, plus démocratique, plus égalitaire avec un meilleur partage des richesses ? Tel est l’enjeu. Le gouvernement espère que ces mobilisations sectorielles restent isolées et qu’il pourra les défaire les unes après les autres en tenant bon, en les laissant s’épuiser ou en les réprimant.

Affichant sa détermination, il espère ainsi nous décourager. Il se trompe, comme le montre la multiplication des collectifs citoyens en lien avec les salarié.es, les retraité.es et les étudiant.es ainsi que le succès de la solidarité aux grévistes, notamment à ceux de la SNCF. Il s’agit maintenant d’aller plus loin et, toutes et tous ensemble, d’affirmer dans la rue que des alternatives existent, que nous ne nous résignons pas au sort que nous promet ce gouvernement. Il fait la sourde oreille, il faut le forcer à nous entendre et à retirer ses projets. Dans le respect de nos champs d’interventions respectifs, nous voulons aller au-delà de toutes les mobilisations positives qui existent déjà et rassembler toutes les forces sociales, syndicales, associatives, politiques pour construire et réussir ensemble un grand rendez-vous citoyen.

Partout en France organisons le samedi 26 mai une marée populaire pour l’égalité, la justice sociale et la solidarité.

R&S soutient la grève de la Fonction publique le 22 mai

Communiqué national

Les services publics sont notre bien commun et doivent le rester.

 Après les importantes manifestations d’octobre 2017 et du 22 mars 2018, les fonctionnaires se mobilisent une nouvelle fois, pour dénoncer toutes les attaques contre les fonctionnaires et le service public républicain.

Le 22 mai, ce sont les organisations syndicales, sans exception, qui appellent à la grève et aux manifestations.

Le service public est le garant de la cohésion sociale. En défendant leurs missions et leurs statuts, les fonctionnaires des 3 pendants de la fonction publique – état, territoriale, et hospitalière – vont bien au-delà de la défense de leurs intérêts particuliers. Ils défendent l’intérêt collectif et ainsi un modèle social basé sur la solidarité et financé par l’impôt.

Défendre le service public c’est défendre la République.. C’est défendre l’égalité des citoyens.

République et Socialisme réaffirme son ambition et son attachement à la réalisation de la République Sociale, C’est pourquoi République et Socialisme soutient la grève et les manifestations partout dans la fonction publique le 22 mai 2018.

République et Socialisme soutient tous les agents qui vont ainsi perdre une journée de salaire pour défendre notre vision de la société, alors que le gouvernement veut offrir les missions de service public aux marchés financiers et fragiliser la république.

République et Socialisme dit Stop avec eux et appelle l’ensemble de ses militants et sympathisants à soutenir et participer massivement aux manifestations prévues par les organisations syndicales.

Paris, le 17 mai 2018

12345...7



Jacquesyvonpierre |
Marketingstarts |
Gimmeshine |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Pour Notre Village QUINCY-V...
| Yenamarre69
| Bernardofrsc