Archive mensuelle de mai 2018

Initiative co-organisée par R&S, l’Union et l’Espoir et le MRC

Vous trouverez ci-dessous le programme de l’initiative républicaine du

samedi 9 juin  2018 de 13h30 à 18h

au Sénat – salle Médicis (salle réservée par M.-N. Lienemann)

15 rue de Vaugirard 75006 Paris (RER Luxembourg)

Merci de réserver dès maintenant au 06 33 82 05 15 (répondeur) ou sur RetS-75@republiqueetsocialisme.fr

Ce colloque est engagé à l’initiative conjointe de R&S, l’Union et l’Espoir et du MRC.

Accueil et introduction à 13h30

  • 1ère Table-Ronde : « Fin du travail, victoire du Capital ? (Travail, Production, Redistribution) »
  • 2nde Table-Ronde : « République, des paroles aux actes (Citoyenneté, Souveraineté, Laïcité) »

Conclusion

Aux cotés d’invités sociologues, économistes, syndicalistes,… interviendront entre autres :

-pour R&S : Lucien Jallamion, Marinette Bache, Patrice Siard, Béatrice Durand

-pour l’Union et l’Espoir : Emmanuel Maurel, Marie-Noëlle Lienemann

-pour le MRC : Bastien Faudot, Catherine Coutard, Jean-Luc Laurent

https://www.republiqueetsocialisme.fr/index.php/noscombats/735-le-reveil-de-la-gauche-republicaine

 

 

 

R&S appelle à la marée populaire samedi 26 mai 2018

Nous publions ci-dessous l’appel, signé par 80 organisations dont R&S, à participer à la Marée populaire ce samedi 26 mai à 13h30

Pour l’égalité, la justice sociale et la solidarité,
Marée populaire le samedi 26 mai

 Un constat s’impose, Emmanuel Macron, son gouvernement et le Medef sont décidés à imposer coûte que coûte une restructuration en profondeur de la société française : politique d’austérité, destruction des droits des salarié.es, introduction de la sélection à l’entrée del’université, casse des services publics, aggravation du sort des sans emplois, réorganisation aggravant les inégalités en matière d’accès à la justice, réforme fiscale favorable aux plus riches, loi répressive contre les migrant.es, priorité donnée au secret des affaires contre le droit à l’information, introduction de l’état d’urgence dans le droit commun, répression des mouvements sociaux et des jeunes des quartiers populaires, utilisation de l’égalité femmeshommes comme simple outil de communication, sans moyens financiers, alors que les femmes sont les premières concernées par les régressions sociales… sans oublier une politique militariste au niveau international. La multiplication des mesures prises avec brutalité sur tous les fronts a un objectif, celui de créer un effet de sidération et espérer ainsi empêcher toute riposte. Le patronat profite de la situation pour multiplier les restructurations et rester sourd aux revendications du monde du travail. En s’en prenant aux personnels à statut, en particulier aux cheminot.es, Emmanuel Macron espère, s’il l’emporte, casser tout esprit de résistance.

Ce coup de force peut échouer, car les mobilisations se multiplient dans le pays, chacune avec sa spécificité : journée nationale d’action, grèves, occupation d’universités, manifestations…Il appartient évidemment aux organisations syndicales de décider, avec les personnels concernés, de leurs formes d’action. Chacune d’entre elles a, a priori, des ressorts différents, mais au-delà de tel ou tel aspect, ce dont il est question concerne la nature même de la société dans laquelle nous voulons vivre. Voulons-nous vivre dans une société où les droits sociaux seraient réduits à néant, où les services publics et la sécurité sociale auraient disparu, où l’inégalité de traitement des territoires serait la règle, où l’accès à l’université serait de plus en plus réduit, où les lanceuses et lanceurs d’alerte et journalistes seraient bâillonnés, où les défis écologiques seraient soumis aux intérêts de la finance, où le logement, les HLM et les locataires seraient marchandises, où la lutte contre les discriminations se réduit à des discours? Ou, au contraire, voulons-nous une société plus juste, plus solidaire, plus démocratique, plus égalitaire avec un meilleur partage des richesses ? Tel est l’enjeu. Le gouvernement espère que ces mobilisations sectorielles restent isolées et qu’il pourra les défaire les unes après les autres en tenant bon, en les laissant s’épuiser ou en les réprimant.

Affichant sa détermination, il espère ainsi nous décourager. Il se trompe, comme le montre la multiplication des collectifs citoyens en lien avec les salarié.es, les retraité.es et les étudiant.es ainsi que le succès de la solidarité aux grévistes, notamment à ceux de la SNCF. Il s’agit maintenant d’aller plus loin et, toutes et tous ensemble, d’affirmer dans la rue que des alternatives existent, que nous ne nous résignons pas au sort que nous promet ce gouvernement. Il fait la sourde oreille, il faut le forcer à nous entendre et à retirer ses projets. Dans le respect de nos champs d’interventions respectifs, nous voulons aller au-delà de toutes les mobilisations positives qui existent déjà et rassembler toutes les forces sociales, syndicales, associatives, politiques pour construire et réussir ensemble un grand rendez-vous citoyen.

Partout en France organisons le samedi 26 mai une marée populaire pour l’égalité, la justice sociale et la solidarité.

R&S soutient la grève de la Fonction publique le 22 mai

Communiqué national

Les services publics sont notre bien commun et doivent le rester.

 Après les importantes manifestations d’octobre 2017 et du 22 mars 2018, les fonctionnaires se mobilisent une nouvelle fois, pour dénoncer toutes les attaques contre les fonctionnaires et le service public républicain.

Le 22 mai, ce sont les organisations syndicales, sans exception, qui appellent à la grève et aux manifestations.

Le service public est le garant de la cohésion sociale. En défendant leurs missions et leurs statuts, les fonctionnaires des 3 pendants de la fonction publique – état, territoriale, et hospitalière – vont bien au-delà de la défense de leurs intérêts particuliers. Ils défendent l’intérêt collectif et ainsi un modèle social basé sur la solidarité et financé par l’impôt.

Défendre le service public c’est défendre la République.. C’est défendre l’égalité des citoyens.

République et Socialisme réaffirme son ambition et son attachement à la réalisation de la République Sociale, C’est pourquoi République et Socialisme soutient la grève et les manifestations partout dans la fonction publique le 22 mai 2018.

République et Socialisme soutient tous les agents qui vont ainsi perdre une journée de salaire pour défendre notre vision de la société, alors que le gouvernement veut offrir les missions de service public aux marchés financiers et fragiliser la république.

République et Socialisme dit Stop avec eux et appelle l’ensemble de ses militants et sympathisants à soutenir et participer massivement aux manifestations prévues par les organisations syndicales.

Paris, le 17 mai 2018

Transfert de l’ambassade étatsunienne à Jérusalem, l’armée israélienne tire sur des manifestants (59 morts dont des enfants)

Communiqué national  : Israël – Palestine : la France doit agir.

Au moment où les Israéliens fêtent le 70ème anniversaire de leur Etat,

Au moment où le peuple palestinien commémore la Nakba,

Au moment où tous les amis d’Israël et de la Palestine devraient appeler à la coexistence pacifique de 2 Etats indépendants et souverains,

Au moment où la question de Jérusalem devrait être traitée dans le respect de l’histoire internationale de cette ville symbole,

Au moment où les dirigeants du monde devraient saluer la mémoire d’Yitzhak Rabin et de Yasser Arafat, artisans d’une paix possible,

Trump provoque la communauté internationale en installant, en violation du droit international, son ambassade à Jérusalem et l’armée israélienne tire sur les Palestiniens. Non seulement cet usage de la force contre les manifestants des « marches pour le retour » était disproportionné mais les snipers avaient manifestement l’ordre de tuer. Ce qu’ils ont fait : au moins 59 Gazaouis sont tués dont des enfants.

Pour toute réaction, Macron et Le Drian appellent le gouvernement d’Israël au « discernement » et à la « retenue ».

Heureusement d’autres réactions ont été plus vigoureuses. Ainsi, au nom de l’Union européenne Federica Mogherini a dénoncé : « Des dizaines de Palestiniens, dont des enfants, ont été tués et des centaines blessés par des tirs israéliens durant les manifestations massives en cours près de la barrière de Gaza. » Pour Amnesty International il s’agit d’une « violation abjecte des droits de l’homme« , et Human Rights Watch parle d « un bain de sang que n’importe qui aurait pu voir venir« . L’Afrique du Sud a rappelé son ambassadeur. Le conseil de sécurité de l’ONU comptait lancer une enquête indépendante mais les Etats-Unis ont bloqué l’initiative. Cette proposition a été reprise par l’Allemagne, le Royaume-Uni et la Belgique.

La frilosité du chef de l’Etat français est scandaleuse et honteuse. Elle est indigne de la diplomatie de notre pays.

République et Socialisme

-condamne les violences commises par l’armée israélienne sur l’ordre du gouvernement israélien, comme l’inconséquence meurtrière de Donald Trump ;

-exige que le gouvernement français cesse de minimiser la portée des exactions perpétrées, favorise les possibilités d’une commission d’enquête et agisse pour aider au respect du droit international et des résolutions de l’ONU ;

-demande que la France reconnaisse officiellement l’Etat palestinien et œuvre à la reprise d’un processus de paix passant par la reconnaissance réciproque des 2 états.

 

Paris, le 15 mai 2018




Jacquesyvonpierre |
Marketingstarts |
Gimmeshine |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Pour Notre Village QUINCY-V...
| Yenamarre69
| Bernardofrsc