Archive mensuelle de mai 2016

Appel à la manif anti-loi El Khmori du 26 mai

Logo RSParis

Communiqué de R&S75 du 24/05/2016

Après de nombreuses semaines de manifestations, de blocages et de grèves, la mobilisation a trouvé un nouvel élan pour faire face à l’attitude du gouvernement qui semble sourd et peu enclin au dialogue.

Non satisfait de se contenter de vouloir faire passer cette loi, rejetée par tous : salariés, chômeurs, jeunes, retraités, le gouvernement a décidé de répondre par la force à une action syndicale. Ce matin Monsieur Valls a ordonné le  déblocage de la raffinerie de Fos-sur-Mer par la force.

Tout est bon pour tenter de réduire le mouvement social : Hier le gouvernement ne parlait que des casseurs – que nous condamnons – pour ne pas avoir à répondre sur les centaines de milliers de salariés du privé et du public, mobilisés aux côtés de la jeunesse. Aujourd’hui il tente de monter les salariés les uns contre les autres.

Nous soutenons l’ensemble des modalités d’actions et de mobilisations des organisations syndicales, dont le blocage des raffineries et dépôts de carburant.  Si le gouvernement veut l’empêcher, la solution est simple : faire une politique conforme aux souhaits des ¾ des Français en commençant par retirer la loi El Khomri et en créant les conditions d’un véritable dialogue social, bien loin de l’utilisation du 49-3.

Nous appelons chacune et chacun qui le peut à rejoindre les manifestations du 26 mai prochain et à faire part de son soutien aux grévistes, qui pour défendre nos droits, n’hésitent pas à perdre des jours de salaire.

Déclaration de R&S75 sur « l’affaire Baupin » et les droits des femmes

Paris, le 11 mai 2016

Mise en cause de Denis Baupin pour harcèlement sexuel

Déclaration de République-et-Socialisme-Paris

 Au-delà de la personnalité du député écologiste, Denis Baupin, cette affaire nous interroge sur le respect des femmes et des droits des citoyennes dans la société française d’aujourd’hui. Il peut sembler étonnant de dire que le droit des femmes à une égalité pleine et entière y est remis en cause. Et pourtant !

* La mise en cause du député Vert révèle que le milieu politique est hautement machiste. Il faut dénoncer clairement le fait que certains parlementaires font preuve, encore aujourd’hui, de comportements débilitants tels qu’injures sexistes ou cris de poules, sûrs qu’ils sont de leur impunité, quelquefois ravis de faire ainsi étal de leur « virilité ». Signalons la dernière sortie du député de droite, Lellouche, qualifiant cette affaire « d’histoire de bonnes femmes ». Dans ce contexte, le « simple » harcèlement est presque de l’ordre de la banalité. Loin des donneurs de leçons qui reprochent aux députées et aux militantes d’EELV d’avoir tardé à parler, nous nous inclinons devant leur courage. Elles ont permis que de nombreuses femmes, diversement engagées en politique, dénoncent le sexisme de ce milieu et le harcèlement dont elles ont été l’objet. Cette actualité nous confirme que la durée de prescription pour les cas de harcèlement sexuel, aujourd’hui de trois ans, doit être allongée.

* En matière salariale, outre que les jeunes garçons et les jeunes filles ne sont pas dirigés vers les mêmes carrières, l’écart de salaire moyen est de 12 % dans la fonction publique et de 19 % dans le secteur privé. La ségrégation professionnelle amplifie ces écarts de rémunération : les femmes n’ont pas les mêmes chances de promotion que les hommes. Quant aux retraites, celles des femmes sont inférieures de 42 % à celles des hommes.

 * Rappelons la réalité des violences conjugales. Dans notre pays, une femme décède tous les trois jours sous les coups de son conjoint. Plus de 200 000 sont soumises à la violence physique et/ou sexuelle de leur ancien ou actuel compagnon. La plupart se taisent pour protéger leurs enfants, leur réputation ou leur vie, mais aussi par crainte des représailles car la protection qui devrait leur être due quand elles parlent, ne leur est concrètement pas assurée. Si les lois, en ce domaine, ont beaucoup progressé, il manque toujours l’information et les moyens de les faire appliquer.

* Ne nous cachons pas derrière l’alibi facile que ceci serait une « affaire de génération ». Rappelons, avec les militantes « d’Oser le féminisme » que « La population la plus concernée par les violences conjugales, reste les 18-25 ans », et que, quant aux agressions à caractère sexuel de manière générale, les études sur l’ensemble de la société montrent que « les agresseurs sont issus de toutes les couches sociales et ont tous les âges ». Il reste beaucoup à faire et cela commence par l’école où beaucoup de livres sont encore sexistes et où, rappelons-le, le gouvernement a récemment supprimé les « alphabets de l’égalité ».

* Enfin, n’oublions pas que la laïcité est la 1ère condition de l’égalité Femmes / Hommes. Les religions traitent souvent les femmes en êtres inférieurs. Le combat laïque du siècle dernier était, aussi, un combat émancipateur pour les femmes : à l’école, par exemple, il s’agissait d’instruire les filles à égalité, tout au moins formellement, avec les garçons. On a un peu oublié combien l’Eglise catholique tenait les femmes en soumission. Ce pouvoir sur les femmes, l’Eglise ne le laissa pas lui échapper sans un vif combat. Dans les campagnes particulièrement, elle maintint longtemps des écoles privées de filles alors que celles des garçons avaient disparu .Il n’est pas inutile de rappeler ces faits au moment où le combat laïque d’aujourd’hui conduit souvent à s’affronter à une conception rétrograde de l’islam qui préconise l’enfermement des femmes. Les jeunes filles issues de l’immigration s’accrochent plus que leurs frères à la réussite scolaire. Elles s’opposent à la construction de lycées dans « leurs » quartiers, attachées qu’elles sont à la possibilité qu’elles trouvent, en se déplaçant vers les centres villes, de se libérer de la tutelle « morale » des mâles de leur famille. Il est étonnant que certains arguent du respect d’autrui pour défendre le port du voile à l’école ou « l’ensachement » présenté comme une simple particularité culturelle des femmes par l’islam intégriste. De la même manière, certains, au nom d’une singulière conception de la liberté, osent présenter la prostitution comme un métier comme un autre.

Pour nous, membres de R&S75, la « Cause des femmes » reste un combat d’une brulante actualité.

Communiqué de R&S National

Ci-dessous le communiqué de R&S National sur l’utilisation du 49-3 :

Paris le 10 Mai 2016

 49-3 : Hollande et Valls bafouent la démocratie et l’histoire du Mouvement ouvrier

Aujourd’hui un nouveau cap a été franchi dans l’histoire de notre démocratie. 80 ans après la naissance du Front populaire, 35 ans jour pour jour après l’arrivée de François Mitterrand et de la Gauche au pouvoir, François Hollande et son gouvernement ont bafoué, une fois de plus, le débat parlementaire par le recours au 49-3 afin que le projet de loi travail puisse être adopté sans vote.

En choisissant d’actionner cet article, le gouvernement esquive une fois de plus le débat démocratique. Il démontre ainsi que ses appels au dialogue social n’étaient que mensonge et tromperie. Il montre à quel point il est asservi aux possédants : ne contestant jamais les règles de libre circulation des capitaux, approuvant la mise en concurrence sans fin entre les travailleurs et entre les territoires.

Se sentant dans l’impasse, face à la contestation de sa propre majorité, le gouvernement n’a eu recours qu’à la plus méprisable des solutions pour nous mener vers un retour au début du 20ème siècle, pour l’ensemble des salariés du privé et du public, les retraités et les jeunes.

République et Socialisme tient tout particulièrement à saluer le courage des députés qui n’ont pas fléchi.

Ce gouvernement, toujours plus provoquant, veut nous soumettre au capitalisme le plus libéral, allant jusqu’à renier à des parlementaires le droit d’amender un texte et, plus largement, à mépriser l’ensemble du peuple de gauche qui les a portés au pouvoir.

République & Socialisme sera aux côtés de tous ceux qui, par quelques moyens que ce soit, se battront pour que leurs droits soient respectés et que vive la démocratie.

Il est grand temps de reconstruire la gauche sur les bases de la République sociale, en regroupant l’ensemble des forces syndicales, politiques et associatives et l’ensemble des citoyens qui le souhaitent, autour d’un projet ambitieux pour notre Nation, fidèle à l’histoire du mouvement ouvrier et aux valeurs de notre République.

République et Socialisme, conscient du dilemme des députés frondeurs et de la difficulté objective à rallier une motion de censure de droite au cas où une motion de gauche ne serait pas possible, les appelle cependant à prolonger leur courageuse action en votant la censure d’un gouvernement qui a osé engager sa responsabilité pour faire adopter la destruction du code du travail sans débat et sans amendements. Contrairement à ce que dit Cambadélis, ce ne sont pas les frondeurs qui ont franchi la ligne jaune mais le gouvernement.

République et Socialisme appelle l’ensemble du monde du travail à participer activement à toutes actions pour démontrer sa volonté de refuser cette loi scélérate.




Jacquesyvonpierre |
Marketingstarts |
Gimmeshine |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Pour Notre Village QUINCY-V...
| Yenamarre69
| Bernardofrsc