Service public en danger – Banque de France : 1000 suppressions d’emplois !

R&S75 vous invite à signer la pétition pour la Banque de France.

Cliquez sur le lien ci-dessous :

https://www.change.org/p/associations-service-public-en-danger-banque-de-france-1000-suppressions-d-emplois?utm_content=cl_sharecopy_28354567_fr-FR%3A6&recruiter=462061322&utm_source=share_petition&utm_medium=copylink&utm_campaign=share_petition&utm_term=B%3ESearch%3ESAP%3EFR%3EBrand%3EGeneral%3EExact

 

Manif le 8 avril : Non au projet Hercule Oui à un service public de l’énergie

Démantèlement d’EDF – Non au projet Hercule
Oui à un service public de l’énergie

Le gouvernement Français et la Commission européenne semblent prêts à se mettre d’accord, au prix de quelques aménagements à la marge, pour le projet Hercule. Le parlement sera ensuite saisi, pour une loi votée en octobre.
L’opposition à ce projet est forte, y compris parmi de nombreux parlementaires. Les syndicats sont unis, et une nouvelle journée d’action a lieu le 8 avril . Nous invitons les usagers à s’engager eux aussi dans l’action contre ce projet qui sera désastreux pour eux s’il est appliqué.
Le projet « Hercule » s’inscrit dans une logique strictement financière, déjà à l’oeuvre depuis 25 ans : la facture des usagers a explosé, les investissements nécessaires sur le système électrique ne sont plus assurés, et la péréquation tarifaire est menacée, alors que c’est un élément essentiel à notre démocratie. Il va aller plus loin ! EDF va être coupé en trois morceaux :
- EDF bleu, qui restera public, pour le secteur nucléaire…
- EDF vert, qui sera privatisé, pour les énergies renouvelables, la distribution, les systèmes insulaires et la
commercialisation.
EDF azur,filiale publique, pour les barrages hydroélectriques. La création d’une filiale ne règle pas le risque d’une privatisation future.
Les conséquences pour les usagers vont être catastrophiques, car le projet Hercule, c’est aussi la suppression de la péréquation tarifaire, c’est-à-dire de l’égalité d’accès aux mêmes tarifs sur tout le territoire. Les tarifs de l’électricité vont encore augmenter, et la précarité énergétique, qui touche déjà 5,5 millions de ménages, va exploser. Le projet Hercule, c’est aussi l’aggravation du changement climatique, car la logique financière et des profits est contraire à la préservation des biens communs de l’Humanité.
Les usagers ont donc tout intérêt à la mise en échec de ce projet et à participer à la construction d’un grand service public national de l’énergie.
Ce que nous proposons :
- la précarité énergétique doit disparaître dans notre pays, via une diminution de la TVA à 5,5%, qui
représenterait une baisse pour l’usager d’environ 100€/an, par une tarification progressive avec gratuité des usages vitaux, ou par l’interdiction pure et simple des coupures et des baisses de puissances pour impayé. le débat doit être organisé ;
- la lutte contre l’exclusion et la lutte contre le réchauffement climatique doivent être des priorités de la Nation, portées par le service public de l’énergie, en ayant un regard pointu sur l’impact carbone dans sa globalité, en abordant également la question de l’efficacité énergétique des bâtiments
- le gaz et l’électricité doivent être définis comme biens communs stratégiques d’intérêt général, au sens de la constitution française. Les filières nationales industrielles gaz et électricité doivent devenir des Établissements Publics à caractère Industriel et Commercial (EPIC) intégrés, ou des Sociétés Coopératives
d’Intérêt Collectif, sous contrôle décisif des usagers et de ses agents.
- Le service public de l’énergie nécessite une construction permanente entre les citoyens élus, les entreprises, les salariés et les usagers. Cette construction exige la création de nouveaux droits et d’espaces d’interventions des salariés, des associations, et des citoyens dans la sphère publique et dans les territoires. Dès maintenant il doit faire l’objet d’un véritable débat social et démocratique avec l’ensemble des citoyens : que l’on soit usager, salarié du secteur ou élu, l’énergie est notre bien commun ! Nous sommes tous concernés !
- Il devra répondre aux besoins d’investissements considérables, à moindre coût, de l’indispensable transition énergétique et écologique : assurer notre indépendance énergétique, consolider et développer un modèle énergétique pilotable et respectueux de l’environnement, diversifier nos sources d’énergie en investissant dans la re cherche et le déploiement d’énergies renouvelables, répondre aux enjeux du changement climatique, aux attentes légitimes des personnels du secteur de l’énergie en matière de conditions de travail et d’exigence de qualité du service rendu aux usagers.
C’est pourquoi nous demandons :
L’abandon immédiat du projet Hercule en cours de négociation entre la France et l’union européenne
Un grand service public de l’énergie
Le 8 avril, manifestons massivement !

Non au démantèlement d’EDF

Paris, le 18 janvier 2021, Communiqué de République et Socialisme
Non au démantèlement d’EDF
A la demande du ministère de l’économie, la direction d’EDF tente depuis de nombreux mois de faire adopter par la Commission européenne un plan de restructuration dans le but d’obtenir les fonds nécessaires à son développement et à l’arrêt programmé d’une partie de ses centrales nucléaires. Ce projet
baptisé Hercule vise à séparer EDF en trois entités&: une société gérant le nucléaire qui resterait publique, une autre gérant les activités concurrentielles comme les énergies renouvelables et la distribution d’électricité dont un tiers ducapital serait mis en bourse, enfin une troisième, filiale de la première, qui gérerait le parc hydroélectrique.
Si ce projet voyait le jour, ce serait la fin d’une entreprise publique intégrée allant de la production d’électricité à sa distribution, avec d’un côté une partie rentable offerte aux actifs privés et de l’autre une partie certes 100% nationalisée mais coûteuse en raison de l’entretien et du démantèlement programmé des centrales nucléaires. Ce serait aussi l’occasion d’une nouvelle augmentation du prix du kWh pour les consommateurs particuliers et
entreprises. En outre, pour monnayer son accord, la Commission européenne tente d’obtenir du gouvernement la mise en concurrence (autrement dit la privatisation) d’une partie des barrages hydroélectriques (environ 200 sur 450).
Pour République et Socialisme ce plan est inacceptable.
Pour des motifs purement financiers, il pourrait mettre en péril l’approvisionnement de la France et sa souveraineté énergétique alors que la diversité des sources de production d’énergie (nucléaire, hydroélectrique, renouvelables) permet de jouer sur la complémentarité (en fonction de la météo par exemple) d’autant que le réseau d’EDF est déjà sous tension. On l’a vu récemment avec la demande d’EDF à ses clients de limiter leur consommation – en plein hiver -afin d’éviter des coupures. C’est aussi cette diversité qui permet à la France de disposer d’une électricité moins chère que dans les pays voisins. Enfin, nul
doute que ce plan aurait des conséquences aussi bien sur le statut des agents d’EDF indissociable de leur mission de service public que sur l’emploi.
75 ans après la nationalisation de l’énergie adoptée massivement par le Parlement dans le prolongement du projet du Conseil National de la Résistance, ce plan constitue un véritable retour en arrière, du temps des multiples sociétés se faisant concurrence. Or, n’en déplaise à la commission européenne, le dogme  de la « concurrence libre et non faussée» est un frein à l’innovation et à l’investissement nécessaire à la transition énergétique que seul
l’Etat est en mesure d’apporter.
Au nom de la crise sanitaire, le gouvernement est capable de multiplier les aides aux entreprises y compris à celles qui en ont le moins besoin. Pourquoi ne pourrait-il pas apporter à EDF les fonds nécessaires à son désendettement et aux investissements indispensables afin d’assurer un approvisionnement vital pour notre économie en maintenant une entreprise 100 % publique dans sa totalité et en recréant un grand service public de l’énergie ?

République et Socialisme est signataire de l’appel lancé par la Convergence de Défense des Services Publics, Droit à l’énergie SOS-FUTUR et l’Indecosa CGT contre le projet de démantèlement d’EDF.

A propos du projet de loi sur le renforcement des principes républicains

Déclaration de République et Socialisme
sur le
Projet de loi sur les principes républicains
Le projet de loi confortant les principes républicains est, certes, plus fait de discours que de mesures concrètes. Il faut cependant acter qu’il s’agit, tout enconcernant explicitement toutes les religions,de lasortie de 30 ans de déni de l’offensive islamiste contre la République.
R&S salue le fait que le projet de loi ose enfin aborder les sujets suivants :
-l’extension de la neutralité de l’Etat aux services publics, issus d’une commande publique ou d’une délégation (notamment pour les transports);
-le contrôle des collectivités locales pour non-respect du principe de neutralité;
-la création d’un contrat d’engagement républicain sur les principes et valeurs de la République et l’égalité
femmes/hommes pour les associations (notamment celles qui reçoivent des subventions publiques);
-le contrôle des fédérations sportives;
-une meilleure protection des agents publics et des agents chargés d’un service public;
-les droits des femmes : héritage, polygamie, certificats de virginité et mariages forcés;
-les discours de haine par la création d’un nouveau délit de mise en danger de la vie d’autrui par la diffusion d’informations permettant de l’identifier ou de la localiser et blocage de contenus illicites en ligne, lutte contre les sites miroir;
-la modification du champ d’application du FIJAIT (Fichier des auteurs d’infractions terroristes) : inscription automatique de toutes les personnes condamnées pour provocation ou apologie d’actes de terrorisme;
-la lutte contre le financement du terrorisme par élargissement du droit d’opposition du TRACFIN.
Par contre République et Socialisme
-refuse que le gouvernement puisse être habilité par ordonnances, c’est-à-dire sans débat, sans vote au Parlement, pour améliorer la mixité sociale dans le logement. La modération des surloyers, permettant de maintenir dans le logement social les catégories moyennes n’est même pas évoquée;
-juge les mesures concernant l’Ecole totalement insuffisantes. L’obligation de neutralité religieuse et politique pour les accompagnateurs de sorties scolaires n’est pas instaurée. Il faudrait reconstruire totalement l’Ecole de la République et pour cela, à la fois, débloquer les moyens financiers nécessaires et
refondre complètement le système éducatif.
Enfin République et Socialisme déplore l’absence significative de «volet social».
-Où sont les moyens financiers destinés à réduire la fracture sociale qui nourrit cette tentation de sécession, au nom de l’islam?
-Rien n’est prévu pour la (ré)installation de services publics, de médecins et praticiens sanitaires et sociaux, de commerces de proximité générateurs d’emplois.
-On n’assèchera pas le terreau de l’islamisme avec seulement des menaces et des bonnes paroles.
Si les sanctions sont nécessaires et doivent être appliquées, il n’y a pas de meilleure méthode que promouvoir l’intégration républicaine par l’accès à la citoyenneté, économique, sociale et culturelle.

A retrouver sur le site national de R&S :

https://republiqueetsocialisme.fr/index.php/communique/943-declaration-sur-le-projet-de-loi-sur-les-principes-republicains

Législative partielle dans le 20ème, R&S75 pour l’union à gauche

22/11/2020 Communiqué de R&S75 – Election législative dans la 15ème circonscription de Paris

 Pour l’élection partielle dans le 20ème, poursuivons l’union des forces de Gauche !

Suite à la démission de la députée George Pau-Langevin, une élection partielle est prévue début 2021 dans la 15ème circonscription (partie du 20ème). A cette occasion République et Socialisme souhaite que les forces qui ont permis l’élection d’Eric Pliez dans le 20ème et la réélection d’Anne Hidalgo à Paris se rassemblent d’abord sur un programme ensuite autour d’un ticket de candidat(e)s.

Face à la situation sociale, économique et sanitaire, il nous faut un(e) élu(e) capable de défendre la place des services publics, la nécessité d’une véritable démocratie associant les citoyens aux décisions, la laïcité, la primauté du politique sur l’économie, la liberté d’information, le refus de la dictature sanitaire, l’égalité des territoires, un nouveau développement prenant en compte les défis technologiques et environnementaux, un véritable contrôle du Parlement sur l’Exécutif, une réelle séparation des pouvoirs.

 Des échanges entre les différentes forces de gauche doivent avoir lieu très vite en visio dans un premier temps, en présentiel dès que la situation sanitaire le permettra ensuite, afin de définir ensemble les modalités de l’élaboration du programme et de la désignation des candidats qui le porteront.

 République et Socialisme est prêt à participer à ces échanges et à soutenir ceux qui seront désignés démocratiquement.

A propos de la loi « Sécurité globale »

Communiqué de République et Socialisme – Le 21 novembre 2020

Non Monsieur Darmanin ce n’est pas en muselant la presse

que vous rétablirez la confiance du peuple dans sa police !

L’Assemblée nationale vient de voter en première lecture la proposition de loi dite de sécurité globale. Ce texte vise notamment dans son article 24 à punir d’une peine d’un an de prison et d’une amende pouvant aller jusqu’à 45000 € « toute diffusion de l’image du visage ou de tout autre élément d’identification d’un agent en intervention ayant pour but de porter atteinte à son intégrité physique ou psychique ».
Malgré un amendement de dernière minute, ce texte liberticide vise ni plus ni moins qu’à interdire à la presse mais aussi à tout citoyen de diffuser des images montrant des violences policières et des comportements inacceptables des forces de l’ordre, comportements que nous avons pu voir à l’occasion des manifestations des « gilets jaunes » et encore récemment devant l’hôpital de l’Hôtel-Dieu de Paris.
Lire la suite de ‘A propos de la loi « Sécurité globale »’

Décès de Daniel Cordier

Communiqué de République et Socialisme – Le 21 novembre 2020

Décès de Daniel Cordier : au-delà d’un hommage à l’homme, c’est l’action de l’ensemble des compagnons de la Libération et du Conseil National de la Résistance qui doit être saluée

 Daniel Cordier, qui vient de décéder, était l’un des deux derniers compagnons de la Libération. République et Socialisme adresse ses condoléances à sa famille, à ses amis et à tous ceux qui l’ont soutenu dans son combat pour défendre l’honneur de Jean Moulin, ce préfet courageux choisi par le Général de Gaulle pour créer puis animer le Conseil National de la Résistance avant d’être torturé et assassiné par les nazis et le bourreau Klaus Barbie.

C’est à l’action de ces hommes et de ces femmes qui au péril de leur vie n’ont cessé de se battre pour que « la flamme de la résistance ne s’éteigne pas » que la France a pu retrouver son honneur et la République renaître de ses cendres, bafouée par ceux pour qui « mieux valait Hitler que le Front Populaire ».

Lire la suite de ‘Décès de Daniel Cordier’

75ème anniversaire de la Sécurité sociale

La Convergence Services publics, présidée par Michel Jallamion, a organisé le 14 novembre à St Etienne une journée de réflexion sur la Sécurité sociale.

Vous trouverez sur ce lien une partie des débats.

https://fb.watch/1Yw61BosyZ/

 Et ci-dessous, l’Appel pour que vive la Sécu !

https://www.convergence-sp.fr/appel-pour-que-vive-la-secu/

Pour l’ouverture des librairies indépendantes et des commerces de proximité

Communiqué de République et Socialisme :

Lire c’est vivre !

Oui à l’ouverture des librairies indépendantes

et de l’ensemble des commerces de proximité

 Le gouvernement vient de décider de confiner à nouveau les Français pour faire face à la crise sanitaire.

Si nous comprenons bien l’objectif d’éviter les interactions sociales responsables de l’accroissement des contaminations, nous nous interrogeons en revanche sur les moyens mis en œuvre.

En effet, depuis la fin du premier confinement l’ensemble des commerces ont pris des mesures pour assurer la sécurité sanitaire de leurs clients : ports de masques, présence de gel hydroalcoolique, distanciation…

Lire la suite de ‘Pour l’ouverture des librairies indépendantes et des commerces de proximité’

Après la décapitation de Samuel Paty

APRES CE NOUVEL HORRIBLE ATTENTAT TERRORISTE

IL FAUT DES ACTES !

Ce vendredi soir un professeur d’histoire est mort décapité pour avoir eu le courage d’enseigner la liberté d’expression à ses élèves. Le Conseil National de République et Socialisme adresse ses condoléances à sa famille, à ses collègues et à ses amis et apporte son entier soutien à tous les enseignants comme à l’ensemble de nos concitoyens choqués par cet attentat.

Face à l’obscurantisme et au fanatisme religieux notamment islamiste la France oppose depuis plus de deux siècles la laïcité qui ne reconnait aucun culte dans la sphère publique et permet d’accepter au sein de la République croyants comme non croyants.

République et Socialisme appelle nos concitoyens à défendre avec acharnement la liberté d’expression comme l’ont fait avec courage et détermination les journalistes et chroniqueurs victimes de la même barbarie à la rédaction de Charlie Hebdo, comme le font chaque jour nombre de professeurs des écoles qui ont compris le rôle fondamental de l’éducation dans la transmission des valeurs.

République et Socialisme appelle le Président de la République et le gouvernement à agir au-delà des mots afin de combattre les thèses obscurantistes et à assurer à tous nos compatriotes le droit de croire ou de ne pas croire en toute sécurité dans le cadre des lois de la République. Plus que jamais la défense de la laïcité et de la liberté d’expression doivent être érigées en priorités nationales.

Paris le 17 octobre 2020

12345...18



Jacquesyvonpierre |
Marketingstarts |
Gimmeshine |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Pour Notre Village QUINCY-V...
| Yenamarre69
| Bernardofrsc